Patrimoine africain : la restitution des oeuvres d′art est-elle un voeu pieu ? | Arbre à palabre | DW | 09.03.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Patrimoine africain : la restitution des oeuvres d'art est-elle un voeu pieu ?

La question suscite un vif débat depuis que le président français Emmanuel Macron a laissé entendre qu'il serait possible de rendre aux Africains, des objets d'art emportés d'Afrique durant la période coloniale voire après. Mais comment est-ce possible ? Quelle place ont ou auront ces objets en Afrique et que dit l'UNESCO sur le sujet ?

Écouter l'audio 25:45
Now live
25:45 min

Restitution partielle ou totale ? Quel sort pour le patrimoine africain présent dans les musées en France, en Grande Bretagne en Belgique ou en Allemagne ? Questions relancées par la demande d'un petit pays d'Afrique de l'Ouest, le Bénin, dont les nouveaux dirigeants arrivés au pouvoir en 2016 exigent avec une certaine insistance que la France, ex-puissance coloniale, rende les objets culturels qui ont été selon certains pillés durant la période coloniale.

Bode-Museum | Unvergleichlich: Kunst aus Afrika im Bode-Museum | 27.10.2017 – 2019 (SMB, Ethnologisches Museum, Martin Franken)

Un léopard du Royaume du Danhome (17è siècle) actuel Bénin exposé au musée ethnologique de Berlin

Le sujet a semble-t-il évolué ces derniers temps avec le président français Emmanuel Macron qui affiche une certaine disponibilité à accéder à cette demande : "il faut que le patrimoine de l'Afrique ne soit pas seulement visible dans les capitales occidentales" a-t-il notamment laissé entendre.

Simple déclaration ou véritable tournant ? Pourquoi faut-il retourner les objets concernés ? Les Africains sont-ils prêts à recevoir ces objets? Fréjus Quenum en discute avec ses quatre invités :

- Prof Hamady Bocoum, Archéologue, Anthropologue, directeur du Musée des civilisations noires et chercheur à l'Institut Fondamental d'Afrique Noire (IFAN) à Dakar
- Ieng Srong, représentant de l'Unesco dans le débat, Chef de la Section du patrimoine mobilier et des musées, Secrétaire de la Convention de 1970 sur l'interdiction des trafics illicites de biens culturels
- Bernard de Grunne, Historien de l'art, professionnel du marché de l'art africain, basé en Belgique
- et Thomas Noirot, porte-parole de l'Ong française "Survie" spécialiste de la Françafrique, Rédacteur en chef du magazine "Billets d'Afrique"