Vladimir Poutine reste au pouvoir en Russie | Vu d′Allemagne | DW | 19.03.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Vladimir Poutine reste au pouvoir en Russie

La presse allemande revient largement sur cette victoire de Vladimir Poutine à l'élection présidentielle. Mais les journaux commentent également l’offensive de la Turquie à Afrine en Syrie. 

“Les 70 pour cent de Poutine” c’est le titre choisi par la Frankfurter Allgemeine Zeitung pour illustrer son article sur la réélection de Vladimir Poutine. Une victoire sur fond d’accusations de fraudes, ce qui est plutôt assez banal aux yeux du commentateur de la FAZ qui relève entre autre que le taux de participation a été poussé par une pression massive sur les fonctionnaires, les agences gouvernementales, les entreprises et les étudiants. Un point sur lequel revient également la Frankfurter Rundschau qui écrit : “encore une fois, le Kremlin a assuré le succès électoral de Poutine par des pressions, des manipulations et des cadeaux." Mais ce jeu ennuiera un jour les citoyens, prédit le journal. 
Avec l’opposant Boris Nemtsov assasiné, Alexeï Navalny écarté, cette élection qui s’est déroulé sur fond de brouille diplomatique avec le Royaume-Uni et d’anniversaire de l’annexion de la Crimée "n’en était pas une" pour der Tagesspiegel. Le journal qui exhorte les Européens à trouver une nouvelle approche face au régime de Poutine estime par ailleurs que„ ceux qui connaissent et aiment vraiment la Russie sont hostiles à l'élite corrompue du Kremlin.” 

L’offensive militaire de la Turquie à Afrine source d'inquiétude

La campagne aérienne et terrestre de la Turquie dans la région d'Afrine contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG)  préoccupe plusieurs pays occidentaux. 
Dans la version en ligne du journal Der Spiegel on peut lire une interview du ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn qui estime que "ce que fait Erdogan en Syrie n'a rien à voir avec l'autodéfense", il appelle d’ailleurs l'OTAN à agir.
La Frankfurter Allgemeine Zeitung se penche pour sa part sur les répercussions en Allemagne de la situation à Afrine. Cette offensive, peut-on lire dans le journal, entraîne de plus en plus d’actes de violences imputés à des partisans radicaux des Kurdes. Ceux-ci ont jeté des bombes de peinture dans les bureaux de la CDU et du SPD, ou encore attaqué les véhicules des forces de police et de l'armée et ont jeté des bombes incendiaires dans des locaux d’associations culturelles turques et des mosquées. Ce qui n’est pas de nature à rassurer les autorités allemandes.