Qu′est ce que l′Organisation Internationale pour les Migrations? | Le dilemme de la migration | DW | 11.07.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Migration

Qu'est ce que l'Organisation Internationale pour les Migrations?

L'OIM conseille plusieurs gouvernements ainsi que des partenaires non gouvernementaux sur des questions concernant les migrants, les personnes déplacées à l'intérieur du pays et les réfugiés.

Niger Flüchtlingsdrehkreuz Agadez | IOM (picture alliance/KEYSTONE/A. Anex)

L'entrée d'un centre d'accueil des migrants de l'OIM à Agadez, au Niger

Fondée en 1951, l'OIM est aujourd'hui composée de 169 Etats membres et de 8 autres Etats ayant le statut d'observateur. L'organisation a des bureaux dans plus d'une centaine de pays. Sur son site web, l'organisation déclare qu'elle est "attachée au principe selon lequel une migration humaine et ordonnée profite aux migrants et à la société". Sa mission est d'aider à la recherche de solutions pratiques aux problèmes migratoires et de fournir une assistance humanitaire aux migrants dans le besoin, y compris les réfugiés et les personnes déplacées à l'intérieur du pays. L'organisation vise à fournir ses services et ses conseils aux gouvernements et aux migrants eux-mêmes.

L'OIM travaille dans quatre grands domaines de la gestion de la migration:

·         Migration et développement

·         faciliter la migration

·         réglementer les migrations

·         la migration forcée

Selon son rapport de novembre 2017, l'organisation dispose d'un budget de 1,8 milliard de dollars.  

Directeur général l'OIM

Le directeur général de l'OIM est élu par les Etats membres dans le cadre d'un vote secret. Le candidat a besoin d'une majorité des deux tiers parmi les États membres pour être élu. Le chef de l'organisation a toujours été un citoyen américain, à l'exception de la période 1961-1969 pendant laquelle le chef de l'agence fut un ressortissant néerlandais.

Portugal Antonio Vitorino (Imago/GlobalImagens/A. Isidoro)

Le Portugais Antonio Vitorino a été élu le 29 juin à la tête de l'organisation.

Le 29 juin 2018, l'OIM a confirmé le ressortissant portugais Antonio Vitorino à la tête de l'organisation, en remplacement du ressortissant américain William Lacy Swing. Le candidat américain pour l'organisation, Ken Isaacs, a été éliminé après trois tours de scrutin. Ken Isaacs avait été choisi par l'administration Trump, très critiquée pour sa politique de séparation des familles de migrants à la frontière américaine avec le Mexique. Ken Isaacs, chef de l'organisation chrétienne d'aide humanitaire, est également connu pour avoir fait des déclarations islamophobes dans le passé.

Activités à travers le monde

L'OIM mène un large éventail d'activités sur les cinq continents. Voici un aperçu de la manière dont l'OIM aborde les questions de migration en Europe, au Moyen-Orient/Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne.

Europe

En Europe, l'OIM cherche à donner des conseils aux États de l'UE qui font face à des migrants venant du Moyen-Orient et d'Afrique. Selon l'OIM, l'Europe et l'Asie centrale accueillent 72,5 millions de migrants (y compris les réfugiés et les migrants économiques). L'OIM aide les Etats membres à élaborer des "réponses à la gestion des migrations", ce qui signifie que l'organisation fournit à ces pays de l'UE des informations sur la manière d'intégrer les migrants dans ces pays et d'élaborer des stratégies de sécurité aux frontières.

Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA)

Les guerres en Irak, en Libye, au Yémen et en Syrie ont déplacé des personnes dans toute la région MENA. L'OIM travaille sur le terrain de différentes manières. Au Yémen et en Irak, par exemple, l'OIM s'efforce de fournir une aide humanitaire d'urgence aux populations déplacées. Les migrants économiques voyagent également depuis et à travers les États d'Afrique du Nord tels que la Tunisie et le Maroc pour atteindre l'Europe. Selon l’OIM, il y avait, en 2015, 34 millions de migrants dans la région - que ce soit à cause des conflits ou pour des raisons économiques ou politiques.

En Tunisie et en Libye, l'OIM travaille avec les autorités pour améliorer la gestion des frontières afin d'empêcher les migrants d'entrer dans ces pays ou d'utiliser ces pays comme base pour aller plus loin vers l'Europe. Ils ont introduit un système d'analyse appelé « Système d'informations et d'analyse des données sur les migrations » qui aide ces pays à recueillir des données biologiques et biométriques sur les personnes qui entrent dans le pays.

En Égypte, l'organisation aide les Yéménites, les Libyens et les Syriens qui ont fui dans ce pays. L'OIM compte actuellement 1 500 membres dans toute la région. Entre autres activités, l'OIM, par l'intermédiaire de ses bureaux dans la région, aide les réfugiés en fournissant des examens médicaux, une assistance médicale directe ainsi que des prothèses aux amputés.

Au Yémen, l'une des priorités de l'OIM est l'assistance aux enfants, puisqu'il y a eu des cas d'enfants yéménites déplacés à l'intérieur du pays qui se livraient à un travail non rémunéré. Selon l'OIM, de nombreux enfants ne reçoivent pas une "alimentation ou des soins appropriés" et sont victimes de trafic à des fins d'exploitation.

Afrique subsaharienne

En Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale, les conflits en République centrafricaine, en Côte d'Ivoire, au Libéria, au Mali, au Nigéria et en Sierra Leone ont poussé des milliers de migrants à fuir leur foyer et leur pays. L'OIM note également que le Mali et le Nigéria sont confrontés à des problèmes de sécurité avec des groupes tels que Boko Haram et Al Qaeda qui prévalent dans la région. Selon l'OIM, 42% des migrants vivent en Afrique de l'Ouest. C’est le pourcentage le plus élevé du continent.

Logo Internationale Organisation für Migration IOM (IOM/Alemayehu Seifeselassie)

Le logo bleu et blanc de l'organisation

L'OIM contribue à fournir de l'eau potable et d'autres formes d'aide aux personnes déplacées dans la région. En République centrafricaine, par exemple, 687 000 personnes ont été déplacées en raison d'une guerre qui a commencé en 2013. Selon un rapport publié le 29 juin, l’OIM a distribué 450 kits de casseroles et ustensiles de cuisine, assiettes, tasses et couverts pour les ménages.  

En Afrique de l'Est, l'OIM a mis en place une initiative avec l'ONU et les ministères de la santé de la région qui a permis à environ 48 000 Somaliens de bénéficier de services médicaux, selon un bulletin de l'OIM de mai 2018. Au Burundi, l'organisation a dispensé une formation agricole et commerciale aux personnes déplacées à l'intérieur du pays. Les conflits armés en République démocratique du Congo, en Somalie et au Sud-Soudan, ainsi que la sécheresse et les changements climatiques sont quelques-uns des facteurs de la migration dans la région.  

En Afrique australe, l'OIM, entre autres activités, mène des recherches sur la santé des populations vulnérables de la région. En 2013, 4 millions de migrants provenaient principalement de Somalie, d'Éthiopie et de la Corne de l'Afrique pour aller vers des pays comme l'Angola et l'Afrique du Sud.

La "MigApp"

L'OIM a développé une application appelée "MigApp" qui peut être utilisée sur les téléphones portables pour relier les migrants à l'OIM. Son objectif est de "fournir des services aux migrants internationaux à n'importe quelle étape du processus de migration". Par exemple, elle aide les migrants à envoyer des fonds à leurs amis et à leur famille restés dans leur pays d'origine. Elle diffuse des alertes sur les vaccinations et la manière d'obtenir des soins de santé pour les migrants au cours de leur voyage et lutte contre les fausses informations.

Vous pouvez télécharger l'application pour IOS ou Android : https://www.iom.int/migapp

Recherche, statistiques

L'organisation publie un rapport annuel intitulé "Rapport sur la migration dans le monde", qui détaille les dernières tendances et statistiques en matière de migration ainsi que les types de phénomènes (guerre, changement climatique, etc.) qui poussent les individus à émigrer. Vous pouvez lire le dernier rapport sur la migration dans le monde ici :

https://publications.iom.int/system/files/pdf/wmr_2018_en.pdf

 

Cet article écrit par Wesley Dockery et traduit par Audrey Parmentier a été publié pour la première fois sur le site InfoMigrants le 9 juillet 2018: http://www.infomigrants.net/fr/post/10409/qu-est-ce-que-l-organisation-internationale-pour-les-migrations-oim