Les groupes armés changent de stratégie dans le Sahel | Afrique | DW | 05.02.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Les groupes armés changent de stratégie dans le Sahel

Dans le Sahel, les djihadistes utilisent désormais des voitures blindées et de plus en plus d'engins explosifs improvisés lors de leurs attaques.

Au Mali, le déploiement de soldats suédois au sein de la force européenne Takuba qui appuie l’armée malienne a commencé. La force suédoise qui arrive avec du matériel, notamment trois hélicoptères, sera basée dans le Liptako   une région proche de la frontière du Niger et du Burkina Faso où sont

Un soldat de l'armée allemande en mission au Mali

Un soldat de l'armée allemande en mission au Mali

Capacité d’adaptation et d’innovation

L’attaque qui a visé le poste de Boni, entre Douentza et Hombori, dans la région de Mopti a été attribuée au Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, une alliance djihadiste affiliée à Al-Qaïda.

S’il s’agit de l’attaque la plus meurtrière en 2021 contre les forces maliennes. L’autre particularité de cet assaut est le fait que les assaillants possédaient un véhicule blindé. 

Boubacar Saliff Taoré est spécialiste des questions de sécurité et de développement dans le Sahel. Selon lui "l’utilisation de ce nouveau type de matériel, à savoir des blindés, est une illustration de la capacité d’adaptation mais aussi d’innovation de ces groupes armés. Depuis le début de la crise ces groupes ont récupéré beaucoup de matériel de l’armée malienne. Il a aussi été dit qu’entre 2016 et 2017, la Minusma aurait perdu certains de ses blindés. Ce ne sont donc pas de simples paysans qui mènent ces types d’attaques. Parmi ces personnes il y a des ingénieurs, il y a des personnes très qualifiées pour pouvoir coordonner ce type d’opération."

Boubacar Salif Traoré rappelle par ailleurs qu’il y a des échanges d’expérience et de capacité qui viennent renforcer les groupes locaux au Mali, au Niger et au Burkina Faso. 

Une patrouille de soldats dans le nord du Mali

Une patrouille de soldats dans le nord du Mali

Les engins explosifs improvisés à la mode

Ces groupes ont également de plus en plus recours à des engins explosifs improvisés. Selon le journaliste et écrivain spécialiste des questions sécuritaires, Seidik Abba, c’est une question de changement de stratégie.

"Les pays ont décidé de ne plus avoir des postes avancés mais d’avoir des patrouilles mixtes avec des moyens plus robustes et la possibilité de faire appel à l’appui aérien de Barkhane. Dans le cadre de ce changement de rapport de force, ce qui peut faire le plus mal sont ces engins explosifs improvisés. Ces engins peuvent être posés n’importe où. Cela permet aussi d’éviter le combat en face à face. Il y a aussi de plus en plus de leur part la maitrise de la fabrication de ces engins. On a pu retrouver, ce qui est tout à fait nouveau, l’usage de ces engins improvisés dans le bassin du lac Tchad."

L’usage de ces engins explosifs improvisés qui font de plus en plus de victimes est source d’inquiétude, alors qu’un sommet doit réunir prochainement les pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) pour faire le point sur la situation sécuritaire dans la région.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet