Le délégué Afrique d′Angela Merkel accusé de racisme | Vu d′Allemagne | DW | 12.10.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Le délégué Afrique d'Angela Merkel accusé de racisme

La presse allemande commente entre autres la polémique suscitée par une interview de Günter Nooke, selon lequel le colonialisme a "contribué à libérer l'Afrique de structures archaïques".

C'est le Tagesspiegel qui rapporte les "reproches sévères" dont fait l'objet le délégué Afrique de la chancelière, nommé en 2010 pour répondre à la volonté de l'Allemagne de prendre l'Afrique au sérieux. Celui-ci est accusé de racisme et de révisionisme après une interview accordée à la Berliner Zeitung.

Günter Nooke a estimé dans cette interview que la Guerre froide avait "davantage nui à l'Afrique que la période coloniale"… Et que le commerce des esclaves avait, certes, été "terrible" mais que la puissance coloniale européenne en Afrique avait "contribué à libérer le continent de structures archaïques".

LeTagesspiegel cite des représentants de la communauté noire d'Allemagne, scandalisés par les affirmations de Günter Nooke alors que "les millions d'Africains tués et déplacés ne laissent aucun doute sur l'étendue des crimes commis pendant la colonisation".

Un des épisodes sombres de la colonisation allemande: le massacre des Herero et des Nama en Namibie

Un des épisodes sombres de la colonisation allemande: le massacre des Herero et des Nama en Namibie

Le délégué Afrique est accusé de "minimiser un des plus grands crimes contre l'humanité, mais aussi de nier les conséquences directes de la colonisation qu'ont été l'esclavage et le pillage de l'Afrique".

L'opposition politique, elle, réclame que le gouvernement affiche sa distance par rapport aux propos "paternalistes" et "absurdes" de Günter Nooke, quand elle ne réclame pas carrément sa démission.

Quant au principal intéressé, il affirme avoir été mal compris et n'avoir jamais voulu "relativiser la période coloniale". Ses soutiens expliquent d'ailleurs que les propos incriminés visaient "les gouvernements africains qui utilisent la période coloniale pour détourner l'attention de leur propre défaillance".

Le sujet est en tout cas délicat pour le gouvernement, estime le Tagesspiegel, au moment où l'Allemagne négocie avec la Namibie des excuses sur le génocide des Hereros et Namas au début du XXème siècle.

Le ministre sud-africain des Finances démissionne

Nhlanhla Nene, une démission pour l'honneur

Nhlanhla Nene, une démission pour l'honneur

Le président sud-africain s'est donné une journée pour réfléchir, mais il a mis fin mardi aux spéculations en acceptant la démission de son ministre des Finances Nhlanhla Nene, rapporte die tageszeitung. Cyril Ramaphosa a toutefois souligné lors de sa conférence de presse que Nene n'était pas impliqué dans de sales affaires et que ses efforts pour soutenir le gouvernement avaient profité à l'Afrique du Sud.

L'ex-ministre des Finances avait récemment reconnu devant une commission d'enquête avoir rencontré six fois à leur domicile les puissants frères Gupta, au cœur du système de corruption de l'ancien président Jacob Zuma. Auparavant, il avait affirmé les avoir seulement vus dans des occasions publiques. C'est pourquoi il avait demandé au président Ramaphosa de le libérer de ses fonctions, explique die tageszeitung.

Le nouveau ministre des Finances Tito Mboweni (à droite) avait déjà été pressenti à ce poste à l'époque de Nelson Mandela

Le nouveau ministre des Finances Tito Mboweni (à droite) avait déjà été pressenti à ce poste à l'époque de Nelson Mandela

La Berliner Zeitung souligne l'ironie de cet épisode. C'est justement l'homme qui a empêché le pays de sombrer dans la ruine politique et économique sous l'ancien président Jacob Zuma qui devient la première victime de la vague de nettoyage du nouveau président Cyril Ramaphosa. C'est la première fois dans l'histoire de l'Afrique du Sud post-apartheid qu'un membre du gouvernement rend son tablier pour des raisons éthiques, souligne le journal.

Les réactions au changement de ministre ont été globalement positives, constate la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Même les partis de l'opposition ont trouvé des mots chaleureux. Plusieurs commentateurs ont parlé d'un "coup de génie" du président.

Nombreux sont ceux qui pensent que Tito Mboweni, le nouveau ministre, sera capable de rétablir la confiance des investisseurs dans le pays, qui est en pleine récession. Celui-ci fera sa première grande apparition publique dans moins de deux semaines. Il est le quatrième ministre des Finances de l'Afrique du Sud depuis fin 2015 et avait déjà été pressenti pour ce poste important sous Nelson Mandela. Pour lui, la boucle semble donc blouclée.


Le chaos en Libye profite aux trafiquants d'êtres humains

Les noyades sont proportionnellement plus importantes depuis la fermeture des ports aux navires de sauvetage

Les noyades sont proportionnellement plus importantes depuis la fermeture des ports aux navires de sauvetage

Un "meurtre de masse" se déroule à huis clos devant les côtes libyennes, affirme die tageszeitung.

Les trafiquants transportent leur "marchandise humaine" la nuit des cachettes aux plages: des centaines de fermes et de villas, transformées en "ghettos" par des réseaux mafieux issus des pays d'origine des candidats à l'exil. 690.000 migrants se trouvent actuellement en Libye, selon l'Organisation internationale pour les migrations.

Ils sont peu à vouloir y rester mais les chances d'atteindre vivant l'Italie à bord d'un bateau pneumatique sont devenues minimes, explique le journal.

Selon die tageszeitung, la prochaine guerre pour le contrôle de Tripoli est imminente

Selon die tageszeitung, la prochaine guerre pour le contrôle de Tripoli est imminente

Selon les calculs d'organisations caritatives, il n'y a proportionnellement jamais eu autant de personnes qui sont mortes noyées dans la Méditerranée que depuis la fermeture des ports italiens aux sauveteurs.

Or, malgré tous ces risques, la route migratoire qui part de l'Afrique de l'ouest à la Méditerranée, depuis Lagos au Nigeria en passant par Agadez au Niger jusqu'aux côtes libyennes, cette route est de nouveau florissante.

Selon die tageszeitung, cela est dû au fait que le gouvernement d'union du Premier ministre Fayez Serraj à Tripoli, qui est formellement le partenaire de l'Union européenne dans le refoulement des réfugiés, n'a jamais été aussi faible.

Résultat: de nombreuses milices profitent de la vacance du pouvoir pour redonner un souffle au trafic d'êtres humains, le commerce le plus lucratif dans le pays en proie au chaos.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !