Le Bénin veut retirer ses troupes du Mali pour renforcer sa sécurité | Afrique | DW | 20.05.2022
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Le Bénin veut retirer ses troupes du Mali pour renforcer sa sécurité

Le Bénin a annoncé qu’il allait retirer, d’ici novembre 2023, toutes ses forces militaires et de police engagées au sein de la mission militaire de l’Onu au Mali.

Le président Patrice Talon devant ses troupes à Porto-Novo, mai 2021

Le président Patrice Talon devant ses troupes à Porto-Novo, mai 2021

Dans une lettre adressée au secrétariat général des Nations unies, le ministère béninois des Affaires étrangères explique que "ces derniers temps, le Bénin est confronté à une situation sécuritaire inquiétante du fait des actes de terrorisme orchestrés à ses frontières nord par des hommes armés non identifiés. Face à cette situation, il urgent que le Bénin déploie toutes les compétences humaines, matérielles et logistiques requises." 

L'image de l'insécurité au Bénin

En effet, ce courrier a été transmis un jour seulement après l’attaque du 27 avril contre le commissariat de police de Monsey dans le Nord, qui a causé la mort d’un policier. 

(Re)lire aussi → Inquiétudes au Bénin suite aux attaques terroristes

Depuis près de quatre ans, le Bénin est devenu la cible des attaques de groupes djihadistes.

Le Bénin va d'ici novembre prochain retirer ses 140 hommes qui composent une base de la police à Kidal, dans le nord du Mali. Ensuite, les 250 militaires qui constituent un régiment de l'infanterie basés à Sénou, en périphérie de la capitale malienne Bamako, seront rapatriés en novembre 2023. 

(Re)lire aussi →Le nord du Bénin en état d'alerte 

Le président français Emmanuel Macron accueillant Patrice Talon du Bénin à Paris en novembre 2021

Le président français Emmanuel Macron accueillant Patrice Talon du Bénin à Paris en novembre 2021

Mahamadou Sawadogo, un expert burkinabè sur la sécurité dans le Sahel, explique la menace à laquelle fait face le Bénin actuellement :

"Le Bénin était dans un premier temps dans le déni. Je pense que l'année 2022 a fini de convaincre le Bénin avec de multiples attaques. Depuis novembre à aujourd’hui, nous avons eu trente attaques sanglantes. Cela a fini par convaincre le Bénin qu'il faut renforcer sa sécurité à la frontière avec le Burkina Faso."

Le retrait comme une stratégie 

Mais selon ce même expert, le retrait des troupes béninoises du Mali pourrait constituer une stratégie visant à échapper aux attaques djihadistes conduites en représailles à cette présence du Bénin au Mali :

"Cela peut aussi être une manière de se désengager du Sahel et de ne pas être dans le viseur de ces groupes terroristes, en pensant que c'est cela la raison qui fait que le Bénin est la cible des groupes armés."

En effet, ce genre d'attaque a déjà eu lieu à Kampala, en 2010, par les Chebab somaliens en représailles à la présence des troupes ougandaises au sein de l'Amisom, la mission de l’Union africaine en Somalie.

(Re)lire aussi → Nairobi, cible privilégiée des Shebab

Cette insécurité touche aussi d'autres pays côtiers, notamment le Ghana, le Togo et la Côte d'Ivoire. Ces pays devraient repenser leur stratégie militaire, pense Jérôme Pigné, spécialiste en matière sécuritaire :

"Je pense que les uns et les autres réfléchissent actuellement à comment renforcer leur armée pour faire face à ces menaces. Et je crois qu'à partir de 2017, avec l'initiative d'Accra, nous avons un espace de concertation sur les questions d'insécurité et dans la collaboration entre les services de sécurité et ceux de renseignement. Une initiative qui permet d'envisager la possibilité d'être plus dans l'anticipation que dans la réaction."

Il y a moins de dix jours, le nord du Togo frontalier avec le Burkina Faso a connu lui aussi une attaque terroriste qui a causé la mort de huit personnes.

La rédaction vous recommande