Destination : centre de rétention | Destination Europe | DW | 09.02.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Destination Europe

Destination : centre de rétention

Le voyage des Africains vers l'Europe ressemble souvent à une véritable odyssée, mais à une odyssée cauchemardesque : des mois ou même des années de peur et de violence avant de pouvoir poser un pied sur le sol européen.

La Grèce est de loin le pays d'Europe qui voit affluer le plus de migrants

La Grèce est de loin le pays d'Europe qui voit affluer le plus de migrants

A ce moment-là, ils pensent que leur rêve devient enfin réalité. Malheureusement, le rêve risque fort de tourner au cauchemar. Iles Canaries, détroit de Gibraltar, Lampedusa, îles grecques ou encore aéroports internationaux : où qu’ils arrivent, si les migrants se font prendre sans visa valide, ils sont placés en centre de rétention. Et il n'est pas rare qu'ils soient renvoyés dans leur pays par bateau ou par avion.

Dans la majorité des centres de rétention, les conditions de vie et la situation sanitaire sont mauvaises. L'organisation des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et Médecins sans frontières, pour ne citer qu'eux, les visitent régulièrement : des équipements sanitaires médiocres aux cas patents de violations des droits de l'homme, en passant par la violence qu'on tolère entre les détenus, le constat est souvent embarrassant.

La Grèce montrée du doigt

Illegale Einwanderer Auffanglager Italien Einwanderungszentrum in Agrigento

L'Italie (ici en Sicile) et les autres pays d'Europe du Sud mettent dans un premier temps les réfugiés clandestins derrière les barreaux

Récemment, le HCR et le Conseil de l'Europe ont fait part de leurs inquiétudes quant aux conditions de détention insoutenables dans les centres grecs. Comme rien n'est fait là-bas pour améliorer la situation, ces institutions ont fini par demander aux autres membres de l'UE de ne plus renvoyer aucun migrant dans ce pays.

Les demandeurs d'asile, eux aussi, sont placés dans des centres, du moins pendant les premières semaines. En règle générale, les conditions de vie y sont meilleures. Les défenseurs des droits de l'homme dénoncent cependant cette forme d'hébergement. Les réfugiés, estime Pro Asyl, ne devraient pas être mis à l’écart si l'on veut favoriser leur intégration.

Auteur : Klaus Dahmann
Edition : Anne-Julie Martin

Archives

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet