Violences en Centrafrique : trois leaders religieux appellent au calme | Interviews exclusives DW | DW | 16.05.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Interviews exclusives

Violences en Centrafrique : trois leaders religieux appellent au calme

Alors qu'une attaque a fait plus de 20 morts dans une Eglise il y a 15 jours, le cardinal Dieudonnée Nzapalainga, l’imam Oumar Kobine et le pasteur Nicolas Guerekoyame-Gbangou, reviennent sur les violences récentes.

À Bangui, l'attaque du 1er mai contre l'église catholique du quartier de Fatima, qui a causé la mort d'un abbé ainsi que de 24 personnes, a marqué un nouveau tournant dans la crise en Centrafrique. Malgré un regain de violences dans la capitale et le reste du pays, les leaders religieux s'efforcent d'apaiser les tensions en multipliant les appels au calme. C'est le cas par exemple du cardinal Dieudonnée Nzapalainga, de l’imam Oumar Kobine et du pasteur Nicolas Guerekoyame-Gbangou. 

Tous trois sont unanimes : depuis l'attaque d'une église catholique à Bangui, la tension dans le pays est palpable. "Les derniers événements, plus particulièrement le 1er mai à Fatima, ont été la goutte d'eau", explique le cardinal Dieudonnée Nzapalainga, archevêque de Bangui. "Dans le sens où, des gens que nous avons appelés terroristes, montent sur un avocatier avec des grenades, les lancent sur une foule en train de prier, cela nous rappelle les gens qui tirent sur la foule innocente. Voilà pourquoi nous pensons que nous avons franchi un seuil qui n'est pas tolérable."

Des propos tempérés par l'Imam Oumar Kobine, pour qui le point de non-retour n'a pas encore été dépassé : "La ligne rouge n'est pas franchie car toutes les communautés n'ont pas épousé ou participé à ce que les gens cherchaient. Ils ne se sont pas révoltés pour s'attaquer mutuellement et s'entretuer dans les quartiers. Ce sont simplement les groupes organisés qui ont touché les mosquées et musulmans hors du 3ème arrondissement. Mais nos communautés ne se sont pas affrontées." 

"Pas de conflit confessionnel"

À Bangui, Imam, Pasteur ou Cardinal mettent tout en œuvre pour diffuser un message de paix auprès de leurs fidèles. Car dans une situation au bord de l'explosion, le sens des mots a plus que jamais son importance. Tous trois refusent de parler de conflit confessionnel. C'est le cas du Cardinal Nzapalainga, qui refuse en bloc cette qualification. "Non, ce n'est pas une guerre confessionnelle. Aucun Imam, aucun pasteur, aucun prêtre n'a pris les devants pour dire 'prenez les armes, allez tuer vos frères'. Non, nous sommes des frères, nous refusons cette instrumentalisation, cette confessionnalisation, cette manipulation de la religion. Nous voulons plutôt que la religion, qui veut dire Religare, relier, la religion nous relie les uns avec les autres pour que nous puissions vivre comme des frères et non comme des ennemis." 

Oumar Kobine tient des propos similaires : "Ce que je peux vous dire, c'est que vous pourrez trouver des musulmans parmi les antibalakas et des chrétiens parmi les Sélékas. Il n'y a pas une milice spéciale pour les musulmans et une autre pour les chrétiens. A la tête de ces deux groupes armés il n'y a aucun prêtre, aucun imam aucun pasteur. Ce sont des hommes politiques qui commandent. Donc je ne sais pas pourquoi on veut attribuer cette crise aux religieux." 

Mémorandum au gouvernement

De son côté, le Pasteur Nicolas Guerekoyame-Gbangou tempête lorsque des actes violents sont proférés au nom de la religion. "On dit que c'est une crise confessionnelle. Dites-moi, quel est ce leader protestant qui est allé affronter le leader catholique ? Qui est le leader musulman qui est allé confronter les leaders musulmans ? Il n'y a jamais eu d'affrontements entre nous. Il faut plutôt dire que cette crise à trouver ses racines dans le jeu politique et la mal gouvernance. Cela ne date pas d'aujourd'hui. Il ne faut pas pointer du doigt le régime en place." 

Il appelle à "arrêter les amalgames." "On va dire que les Anti-balakas sont des chrétiens. Un chrétien qui prend l'épée pour aller tuer et égorger, qui prend une arme pour aller tuer quelqu'un, il ne le fait pas au nom de Dieu, il ne le fait pas au nom de Jésus." 

Les chefs des autorités religieuses de Bangui sont en contact étroits pour apaiser les esprits. Tous trois prônent la discussion comme exutoire de la haine qui anime une partie de la population qui, selon eux, a trop longtemps souffert à cause d'une mauvaise gouvernance qui est devenue la norme. Souhaitant une issue politique au conflit, ils remettront ce matin au gouvernement un mémorandum dont ils gardent secret le contenu pour l'heure.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet