Recep Tayyip Erdogan poursuit sa tournée africaine au Togo | Afrique | DW | 19.10.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Recep Tayyip Erdogan poursuit sa tournée africaine au Togo

Le Togo représente pour la Turquie un partenaire "stratégique" face à la crise sécuritaire dans la région.

Recep Tayyip Erdogan doit encore se rendre au Nigeria

Recep Tayyip Erdogan doit encore se rendre au Nigeria

Cette visite visait à engager un partenariat avec le Togo dans les domaines politiques, diplomatiques, culturels, économiques, commerciaux et surtout militaires afin de lutter contre le terrorisme. Sans trop l’expliquer, Recep Tayyip Erdogan a reconnu la "place stratégique du Togo" dans la sous-région ouest-africaine. Le Togo a par ailleurs fermé une école affiliée au groupe FETO, jugé responsable par le président turc de la tentative de coup d'État de 2016 en Turquie.

"Dans tous ces domaines, nous savons que le Togo se situe dans une position très stratégique dans la région et avec le Togo, nous pouvons jeter les bases. Dans le domaine de l’industrie, de la défense, il y a des pas que nous pouvons faire conjointement ensemble, dans le domaine de l’agriculture également. Concernant le terrorisme, nous avons jeté les bases d’une coopération militaire." 

Défense et sécurité

Le président du Togo a également expliqué les raisons du rapprochement de son pays avec le Turquie :
"Nous savons tous que nous sommes dans une région qui est troublée, qui connait de multiples crises sécuritaires.Nous connaissons tous les capacités d l’industrie militaire de la Turquie. Nous nous sommes rapprochés d’elle. Si nous n’avons pas la sécurité, si nous n’avons pas la stabilité, je ne pense que les investisseurs turcs prendraient le risque de venir dans notre pays. Alors oui, la défense et la sécurité sont une priorité pour nous."

Plusieurs accords de coopération ont été signés par les deux parties avant que les présidents turcs et togolais ne retrouvaient leurs homologues du Burkina Faso et du Liberia pour un mini-sommet.