Vers un dialogue national ouvert aussi aux groupes armés au Tchad | Afrique | DW | 11.08.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Politique

Vers un dialogue national ouvert aussi aux groupes armés au Tchad

Au Tchad, le dialogue national inclusif sera ouvert aux mouvements politico-militaires. Mais déjà des interrogations fusent au sujet de la concrétisation de la démarche.

Mahamat Idriss Déby, président de la transition au Tchad, promet un dialogue national vraiment inclusif

Mahamat Idriss Déby, président de la transition au Tchad, promet un dialogue national vraiment inclusif

C’est mardi (10.08.2021) dans la soirée que le président du Conseil national de transition tchadien, le général Mahamat Idriss Déby Itno, a annoncé l'ouverture du dialogue national aux mouvements politico-militaires. Il s'exprimait à la veille du 61ème anniversaire de l'indépendance du Tchad.
Un dialogue national inclusif destiné à jeter les bases d’un Tchad nouveau... C'est ce que souhaitaient bon nombre de Tchadiens et c’est dans ce sens que semble se diriger Mahamat Idriss Déby Itno.

Lire aussi : Tchad : la junte face au mécontentement de la population

Des actes après les mots

En annonçant l’ouverture du dialogue aux mouvements politico-militaires, le président de la transition précise qu’un comité sera très rapidement mis en place pour définir les modalités pratiques et opérationnelles de leur participation.

Manifestation à N'Djamena du mouvement d'opposition Wakit-Tama le 7 août 2021 pour demander une transition inclusive.

Manifestation à N'Djamena du mouvement d'opposition Wakit-Tama, le 7 août 2021, pour réclamer une transition qui s'ouvre à toute la société

Mais pour l’activiste Abel Maina, une chose est d’ouvrir le dialogue, une autre est de donner des garanties. "Le dialogue ne peut être réaliste avec les mouvements politico-militaires que si le gouvernement est sincère dans ses démarches, estime-t-il. Pour le moment rien ne nous prouve que le gouvernement soit sincère. Pour le moment ce ne sont que des discours. Les politico-militaires ou les rebelles sont disposés à dialoguer avec le gouvernement, raison pour laquelle il n’y a pas eu d’affrontements avec le régime."

Lire aussi : Qui pour aller au dialogue national inclusif au Tchad?

Mahamat Mahdi Ali le leader du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT), l’Union des forces de la résistance(UFR) de Timan Erdimi ou encore le Conseil national de la résistance pour la démocratie (CNRD) d’Abakar Tollimi avaient en effet déjà fait part de leur souhait de participer aux discussions si les conditions d’un dialogue franc et inclusif sont réunies. Et ils ne sont pas les seuls.

Lire aussi : Tchad : Mahamat Mahdi Ali du FACT, prône le dialogue

Un dialogue "oui mais" encore...

Selon Assileck Halata Mahamat le porte-parole du mouvement Union des Forces pour le développement et la démocratie qui est également pour l'inclusion " ce dialogue doit être parrainé par l’Union Africaine, l’Union européenne et les pays amis du Tchad. Un dialogue ne peut pas se faire au Tchad. Nous excluons cela. Parce qu’il y a beaucoup de conditions avant qu’un politico-militaire puisse venir jusqu’à N’Djamena " précise t-il toutefois.
 

Écouter l'audio 02:12

Cliquez pour écouter l'audio

Pour Saleh Kebzabo, le président de l’Union nationale pour le développement et le renouveau qui soutient la junte militaire, l’ouverture du dialogue est un pas en avant et les discussions devraient s’organiser de façon à rassurer. "Je crois qu’il y aura certainement un dialogue ailleurs qu’à N’Djamena. Un dialogue consacré aux politico-militaires. Il aura forcément un dialogue à N’Djamena, le dialogue politique dit civile. Un deuxième dialogue aura lieu à l’extérieur du pays et qui pourra accueillir ces politico- militaires afin qu’on arrive à des conclusions qui soient acceptables. "
Selon la feuille de route du gouvernement de transition, le dialogue national inclusif sera organisé entre novembre et décembre 2021.

Pour beaucoup, l’enjeu est désormais de faire en sorte que ce ne soit pas seulement une rencontre de plus.