Réactions de Nigériens après le sommet sur la Libye | Afrique | DW | 21.01.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Réactions de Nigériens après le sommet sur la Libye

La conférence de Berlin sur la crise libyenne est perçue au Niger comme un sommet de plus qui ne va pas apporter un dénouement significatif dans cette guerre civile qui ravage le pays.

La conférence de Berlin sur la crise en Libye n’a pas du tout cristallisé les esprits au sein de l’opinion publique nigérienne. ils sont nombreux, les Nigériens qui estiment que c’est un sommet sans effet car le problème ne peut pas être résolu sans les Africains, notamment les pays limitrophes de la Libye dont les chefs d’État n’ont pas pris part à cette conférence.

"Moi étant nigérien, je n’arrive pas à comprendre que cette crise libyenne soit débattue en Europe plus précisément à Berlin sans que des pays voisins de la Libye ne soient associés comme le Niger et le Tchad qui sont des pays qui partagent une frontière avec ce pays, pour moi c’est inadmissible. Au regard du résultat qui sort de ce sommet, je reste sceptique quant à l’avenir de ce pays".

"C’est un problème d’abord africain qu’il faut prendre en charge et on ne peut pas exclure  du coup les pays qui sont concernés et directement impactés par cette crise libyenne, ils ont leur mot à dire."

"Les chefs d’État africains eux-mêmes doivent se ressaisir et se dire que la Libye c’est un pays frère et qu’il faut qu’ils lui apportent leur soutien et ensemble qu’ils puissent voir comment prendre la question en charge."

Deutschland Libyen-Konferenz in Berlin hat begonnen | Gruppenfoto (picture-alliance/dpa/M. Kappeler)

Photo de famille de la conférence de Berlin

Les dirigeants africains doivent agir 

Pour Garé Amadou, directeur de publication de l’hebdomadaire "le Canard Déchainé", c’est un devoir moral pour les occidentaux de se concerter afin de trouver une accalmie à la situation car les enjeux sont de taille : 

"Les grandes puissances sont fautives dans ce qui est arrivé et c’est normal qu’elles se mobilisent pour régler le problème. Mais est-ce qu’elles le peuvent ? C’est extrêmement compliqué. L’organisation de ce sommet a été motivé par les puissances qui pensaient que la prise de Tripoli allait être une perte pour eux, en réalité, il ne faut pas qu’on se leurre parce que ce sommet pouvait être organisé depuis longtemps. Pourquoi maintenant ? Parce que Haftar a promis de prendre Tripoli rapidement ?", s'interroge Garé Amadou. 

Depuis la chute du guide libyen Mouammar Kadhafi en 2011, le Niger est l’un des voisins de la Libye qui n’a cessé d’alerter sur les conséquences désastreuses de cette crise et à l’épreuve des faits, les groupes terroristes qui sévissent au sahel se ravitaillent en armes sur le sol libyen et sèment la désolation après chaque attaque.

Audios et vidéos sur le sujet