Réactions à la condamnation de Joël Aïvo au Bénin | Afrique | DW | 07.12.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Réactions à la condamnation de Joël Aïvo au Bénin

L’opposant Joël Aïvo a été condamné tôt ce mardi (07.12.2021), à dix ans de prison et à une amende de 45 millions de francs CFA.

Joël Aïvo, l'opposant condamné à dix ans de prison

Joël Aïvo, l'opposant condamné à dix ans de prison

L’opposant et universitaire béninois a été reconnu coupable de "complot contre l'autorité de l'Etat" et "blanchiment de capitaux" et comparaissait devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet). 

Eugène Azatassou est vice-président du parti "Les Démocrates", de l’ancien président Yayi Boni. Pour lui, à travers ce verdict, la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) confirme une nouvelle fois qu’elle n'est qu'un instrument au service du pouvoir en place.

"L'impression que j'avais de la Criet est malheureusement confirmée. C'est une cour d'exception aux mains du pouvoir pour écarter les opposants, les juger, les emprisonner ou les pousser à l'exil. Je ne vois pas en quoi Joël Aïvo a pêché", affirme l'opposant.

Les dernières élections au Bénin se sont déroulées dans la violence

Les dernières élections au Bénin se sont déroulées dans la violence


Lire aussi → Les attentes des Béninois après la victoire de Patrice Talon

La crédibilité de la justice en jeu

Autre réaction : celle de Joël Ataï Guèdègbé, expert en gouvernance. Celui-ci veut toujours croire en l’indépendance de la justice même s’il dit regretter le verdict prononcé par la Criet.

"Je ne connais pas le fond de l'affaire mais, il faut que la défense puisse avoir tous ses droits. Il y a lieu de s'inquiéter d'une instrumentalisation de la justice à des fins politiques. Si nous sommes dans un procès équitable, chacun devra pouvoir répondre de ses actes. Mais, si les accusations sont fallacieuses, cela serait dommageable pour l'image de la démocratie au Bénin", dit Joël Ataï Guèdègbé.

Écouter l'audio 02:58

"Nous n'avons jamais connu cela au Bénin", Professeur Joël Aïvo

Deux militaires, Issiakou Boni Sarè et Moudjaïdou Ibrahim Bachabi, ont aussi été condamnés à dix ans de réclusion criminelle.

Le devoir d'unité 

Eugène Azatassou, du parti "Les Démocrates", estime par ailleurs, que face aux menaces qui pèsent sur le Bénin et surtout la menace terroriste, il importe de ne pas fragiliser l'unité nationale à travers ce genre de procès.

"Avec tout ce qui se passe dans la sous-région avec le terrorisme, j'ai pensé que le pouvoir allait poser des actes pour rallier tout le monde pour mener ce combat. Mais ce pouvoir est dans sa logique de caporaliser la justice et d'abattre les opposants", dit-il.

Rencontre entre Boni Yayi et Patrice Talon en septembre 2021 pour calmer la tension politique

Rencontre entre Boni Yayi et Patrice Talon en septembre 2021 pour calmer la tension politique

Lire aussi → Léonce Houngbadji parle de son exil

Joël Aïvo, professeur de droit, avait vu sa candidature rejetée à la présidentielle d'avril 2021. Il avait été arrêté le 15 avril à Porto-Novo, au lendemain de l'annonce de la réélection du président Patrice Talon. 

Il comparaissait devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), un tribunal spécial créé en 2016.

Vendredi (10.12.2021), ce sera au tour de l’opposante Reckya Madougou d'être jugée par la Criet. Elle est accusée de terrorisme et sa candidature à la présidentielle avait également été rejetée.

Lire aussi → Premières attaques djihadistes contre l'armée au Bénin