Penser déjà l′après Vladimir Poutine | International | DW | 19.03.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Penser déjà l'après Vladimir Poutine

Vladimir Poutine entame son dernier mandat à la tête de la Russie. Les défis économiques et sociaux sont nombreux. Et la question de sa succession pour 2024 épineuse.

Vladimir Poutine (picture-alliance/AP/Y. Kadobnov)

Vladimir Poutine

"La Russie va rester un partenaire difficile" pour l‘Allemagne, mais Berlin compte "poursuivre le dialogue" pour "trouver des solutions aux crises internationales". On le voit, l'enthousiasme de Heiko Maas, le nouveau ministre allemand des Affaires étrangères, est pour le moins mesuré après la réélection dès le premier tour de Vladimir Poutine à la présidence russe. Et si les occidentaux vont devoir faire, bon gré mal gré, avec six années supplémentaires de cet homme fort au Kremlin, Vladimir Poutine lui aussi a du pain sur la planche pour son dernier mandat.

Sergey Elkin

Caricature de Sergey Elkin: Vladimir Poutine, dans le réfrigirateur vide d'un Russe à qui le président prétend "Votre frigo est plein!".

Poutine, l'incontournable

Le raz-de-marée électoral de dimanche montre une fois encore que Vladimir Poutine est incontournable.

Arrivé au pouvoir en 2000, ses partisans soulignent qu'il a su apporter la stabilité à une Russie en déliquescence après l'effondrement de l'URSS. Il a permis à certains Russes de s'enrichir rapidement en profitant des retombées des privatisations massives des années 1990 et de la corruption qui mine tous les secteurs. Mais à certains Russes seulement.

Le PIB de la Fédération est loin derrière celui des trois premières puissances que sont les Etats-Unis, la Chine et l'Europe. L'économie est d'un à 2 points en deçà des objectifs fixés par le gouvernement.

Russland Krasnojarsk Luftverschmutzung (picture-alliance/dpa/RIA Novosti/R. Sitdikov)

L'économie russe n'est pas assez diversifiée, elle dépend largement des hydrocarbures

La dépendance aux hydrocarbures dont les cours sont en crise n'a pu être compensée par le boom agricole et ni les rentrées ponctuelles dues aux deux grands projets que sont la Coupe du monde de football et la construction d'un grand pont vers la Crimée.

Les retraités voient ainsi leur pouvoir d'achat diminuer du fait de l'inflation. Quant au fossé démographique entre les générations, il commence à poser un problème de financement des retraites.

Vladimir Poutine a promis un plan de réformes et des idées pour attirer les investisseurs étrangers échaudés par la situation politique, la bureaucratie et la politique étrangère russes.

Quel successeur en 2024?

Vladimir Poutine ne pourra pas se représenter à l'élection présidentielle de 2024. La question de l'après-Poutine se pose donc déjà avec acuité.

Dmitri Medvedev (picture-alliance/AP/Sputnik/A. Astafyev)

Dmitri Medvedev a déjà été président de 2008 à 2012. Sera-t-il candidat en 2024?

Les élites sont corrompues et la carte de l'homme providentiel jouée depuis 18 ans par le président laisse peu de place à l'émergence de nouvelles figures.

Qu'en sera-t-il alors des factions rivales au sein du pouvoir actuel, contrôlées pour le moment par un Vladimir Poutine autoritaire?

Quelques noms circulent, comme celui de Dmitri Medvedev, qui a déjà fait ses preuves, et pourrait permettre un retour de Vladimir Poutine en 2030 – mais il aura alors 77 ans. Des ministres ou le patron du géant pétrolier Rosneft sont aussi pressentis comme possibles successeurs.

A moins que Vladimir Poutine ne décide de modifier la constitution pour lever la limitation du nombre de mandats, mais il dit ne pas envisager cette option jusqu'à présent.

 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !