1. Aller au contenu
  2. Aller au menu principal
  3. Voir les autres sites DW
Des habitants de Goma dans un bus (archive de 2021)
La situation humanitaire est inquiétante au Nord-Kivu.Image : Guerchom Ndebo/AFP/Getty Images

Solidarité envers les déplacés du Nord-Kivu

Sandrine Blanchard
29 novembre 2022

Interview avec le porte-parole d'Ocha qui rappelle les besoins des civils dans l'est de la RDC et de l'aide humanitaire qui leur est apportée.

https://p.dw.com/p/4KFwG

D’après des chiffres de l’Ocha, le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies, la RDC compterait un peu plus de 106 millions d‘habitants. Dont 27 millions qui ont cette année besoin d’une assistance. Soit plus d’un quart de la population totale du pays.

Parmi les plus vulnérables, il y a les déplacés internes (5,5 millions de personnes) et un million de réfugiés congolais vivant dans les pays voisins. La province du Nord-Kivu, dans l’Est, reste la province la plus affectée par les violations des droits de l’Homme.

La situation humanitaire y est alarmante et touche plus particulièrement encore les femmes et les enfants, comme l’explique Yvon Edoumou, porte-parole d'Ocha en RDC. 

Cliquez sur l'image ci-dessous pour l'écouter.

Interview avec Yvon Edoumou (Ocha, RDC)

Ça nous pousse en fait à avoir une réponse humanitaire qui est adaptée aux femmes et plus généralement à toutes ces personnes qui ont peut être des besoins et des besoins spécifiques, comme des enfants par exemple aussi. Et de s'assurer que les réponses qui est apporté tant par les agences onusiennes, que par les ONG nationales et internationales, prennent en compte le fait que de nombreuses femmes sont chefs de ménage, en termes d'eau, en termes d'assainissement, en termes de nourriture et tout le reste.

Quand on parle des enfants aujourd'hui, au delà des biens primaires comme se laver, se nourrir, boire leur fournir de l'eau, de la nourriture, on se rend compte aujourd'hui que les enfants mineurs ont aussi besoin d’espaces de jeux.


DW: L'Ocha écrit aussi qu'il y a à peu près 49 % des déplacés qui vivent dans des familles d'accueil. Comment est-ce que ça se passe?

Beaucoup de gens vont trouver refuge dans des familles d'accueil qui ne sont pas forcément effectivement des parents proches. C'est vraiment des compatriotes, des personnes qui, par solidarité, par humanisme, partagent leur leur toit.

 La plupart de ces familles d'accueil ne sont pas des familles aisées ou qui ont de vastes maisons où elles peuvent abriter tout un tas de personnes, mais ce sont très très souvent des familles modestes. C'est vrai aujourd'hui avec la crise du Rutshuru, mais c'est vrai depuis depuis des années.

Aujourd'hui, l'assistance qui est déployée sur cette crise dans le Rutshuru, mais depuis plusieurs années en fait, c'est que l'assistance humanitaire aussi prend en compte effectivement les familles d'accueil, parce que ces familles d'accueil qui partagent le peu de riz ou de farine, le peu qu'elles ont, au fil du temps, leurs ressources s'amenuisent, elles diminuent.

Si une famille qui était peut être composée de quatre personnes se retrouve aujourd'hui à abriter une famille ou deux familles de plus, ben on passe de quatre personnes à une dizaine, une quinzaine de personnes. Les ressources à partager ne sont plus les mêmes.

Donc dans toutes les opérations humanitaires d'assistance qui menées, on prend en compte ces familles pour qu'elles puissent continuer à abriter ces personnes [déplacées internes]. Et c'est une manière aussi effectivement de leur dire qu’on reconnaît le geste que vous faites et qu’on ne vous oublie pas.


DW: Et comment ça se passe alors pour les déplacés qui n'ont pas de famille d'accueil?

Beaucoup de déplacés, en fait, trouvent refuge dans des sites improvisés. Ça peut être des écoles ou parfois des églises. Une fois que les personnes se déplacent et qu'elles se fixent, il faut rapidement construire des douches, construire des latrines, avoir des centres de santé. Et c'est vraiment ça la réponse d'urgence. Donc, c'est vraiment s'assurer que tous les acteurs de la réponse humanitaire se parlent, qu'on sait exactement qui fait quoi, où, à quel moment, comment, avec quelles capacités. Il ne faudra pas qu'il y ait des populations qui soient laissées de côté.

Passer la section Sur le même thème
Passer la section Dossiers thématiques

Dossiers thématiques