1. Aller au contenu
  2. Aller au menu principal
  3. Voir les autres sites DW
Quatre soldats maliens devant un trou dans la voie, après un attentat à Gao (archive)
Les attaques terroristes dans le Nord-Mali poussent la CMA à se réorganiserImage : Yacouba Cisse/AP/dpa/picture alliance

Le congrès de la CMA à Kidal

Mahamadou Kane
29 août 2022

Au Mali, la Coordination des mouvements de l'Azawad veut revoir son organisation face au regain d'attaques terroristes dans le nord du pays.

https://p.dw.com/p/4GBrt

Au Mali, la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) tenait son congrès extraordinaire dans la ville de Kidal. La rencontre qui devrait s'achever ce soir [29.08.22] avait pour but d'aboutir à un réaménagement de l'organisation face à la multiplication des attaques terroristes dans le nord du pays. Ce congrès survient également après l'accord, conclu au début du mois d'août, entre l'Etat malien et les groupes armés signataires des accords d'Alger. Cet accord prévoit d'intégrer 26.000 combattants à l'armée malienne. 

Contexte oblige

Initialement prévu fin 2022 ou début 2023, le congrès de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) s'est tenu finalement plutôt que prévu en raison des défis actuels. Sidi Ag Baye, porte-parole de la CMA, déclare que le mouvement a "anticipé parce que le contexte [l'] y oblige". Il cite pêle-mêle "la réorganisation et la montée en puissance des groupes armés terroristes [...] le retrait de Barkhane avec ses conséquences sur l'insécurité grandissante, [...les] populations qui sont en train de se faire massacrer, qui sont en train de s'exiler, qui sont en train de subir toutes les souffrances principalement dans la région de Ménaka et de Gao".

Un soldat montre à deux femmes un véhicule de l'Onu, à Kidal (photo de février 2022)
La CMA se réunit à Kidal pour se réorganiserImage : UNJU Mission in Mali

Recherche de l'unité

Selon le porte-parole de la CMA, il y a une "forte attente des populations". Sidi Ag Baye explique donc que ce congrès est un cadre pour faire des propositions de solutions en vue d'une sortie de crise : 

"Nous sommes face à une situation où nous savons que nous devons nous organiser en interne pour tenter de réorganiser le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), ensuite la CMA et voir ensemble comment nous pouvons souffler dans la même direction, avoir une unité des Azawadiens pour faire face aux défis", déclare-t-il à la DW et il poursuit : "Nous savons que si ces efforts ne sont pas faits, il sera très difficile de faire face aux besoins du monde et la situation qui s'impose à nous."  

Les congressistes de l'ex-rébellion devraient rendre public à l'issue des travaux ce lundi une déclaration allant dans le sens d'un élargissement de la CMA à travers notamment la fusion de tous les mouvements vers un projet politique commun.