L′OMS reprend ses activités contre Ebola à Beni | Afrique | DW | 27.06.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

L'OMS reprend ses activités contre Ebola à Beni

L'OMS a repris ses activités contre l'épidémie d'Ebola dans la ville de Beni. Elle les avait suspendues après l'attaque contre son personnel médical. Les médiations se poursuivent pour convaincre les populations locales.

Écouter l'audio 03:18

"Nous parlons aux gens pour les convaincre" (Julienne Lusenge)

L’Organisation mondiale de la santé avait décidé le 26 juin de suspendre provisoirement son travail de lutte contre Ebola dans le Nord-Kivu pour protester contre les graves agressions subies par ses personnels sur place.

Mais l’activité a repris désormais, assure Margaret Harris, la chargée de communication de l’OMS à Beni.

"Oui, nous avons eu une pause, parce que c’est nécessaire quand il y a un incident comme ça pour évaluer la situation. Mais pas de suspension. Toutes les activités continuent maintenant à Beni", déclare-t-elle à la DW.

Sensibilisation

Une partie de la population est hostile à l'action des humanitaires, bien que le maire adjoint de la ville de Beni déclarait sur notre antenne, mercredi dernier qu'il allait rencontrer aujourd'hui les populations pour tenter de les convaincre de changer d'attitude.

Des organisations de la société civile conduisent aussi des campagnes de sensibilisation à leur intention.

"Ce que nous faisons, c’est d’abord soutenir les groupes de femmes avec des moyens financiers pour payer des messages d'informations diffusés sur les radios. Mais aussi pour réunir les jeunes, réunir les membres des communautés pour les sensibiliser sur les dangers de cette maladie et aussi le soutien aux équipes médicales. Nous faisons aussi nous-mêmes des déclarations à l’adresse de nos populations, de nos communautés, pour qu’elles acceptent de soutenir les équipes de la riposte sanitaire", explique Julienne Lusenge, présidente du conseil d'administration de l’ONG Solidarité féminine pour la paix et le développement intégral à Beni.

Selon l’OMS, des entretiens ont été organisés avec des familles jusque-là réticentes afin de les convaincre de la gravité de la maladie. Et surtout convaincre les populations de ne plus s'en prendre aux équipes sanitaires.

Un pari difficile en raison notamment du fort taux d’analphabétisme ou de l'isolement de certaines populations dans cette partie de la RDC.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet