Libreville refuse pour l’instant les touristes de l′UE | Afrique | DW | 02.07.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Libreville refuse pour l’instant les touristes de l'UE

Cette décision survient après une liste de 15 pays publiée par l’UE dont est exclu le Gabon. Le secteur touristique accuse le coup.

Libreville a ouvert officiellement ses frontières aériennes mercredi (01.07.20) (Getty Images/AFP/S. Jordan)

Libreville a ouvert officiellement ses frontières aériennes mercredi (01.07.20)

L’Union européenne (UE) a rendu publique une liste de 15 pays dont les voyageurs peuvent rentrer dans son espace á partir du mercredi (01.07.20) pour cause de la crise du coronavirus. Réagissant à cette décision, le Gabon, sur la base du principe de réciprocité, a annoncé la suspension de visa pour les ressortissants des pays de l’UE.

Lire aussi → Le Gabon face au Covid-19

"Le principe de réciprocité, donc, nous amène à indiquer que les touristes en provenance de ces pays-là ne seront pas non plus autorisés à voyager dans notre pays. C'est ainsi que cela fonctionne.", a déclaré Alain Claude Bilie By Nzé, le ministre des Affaires étrangères du Gabon.

Lire aussi → Face au coronavirus, Libreville ferme ses lieux de culte

Libreville pas contente de l’UE

La réciprocité dont parle le ministre des Affaires étrangères du Gabon concerne les 27 pays membres de l'Union européenne. Le pays n'est pas content des dispositions de l’UE, qui n’ouvrent ses frontières qu’à seulement quatre pays africains, Algérie, Maroc, Rwanda et Tunisie.

Écouter l'audio 02:11

Ecouter le sujet de notre correspondant à Libreville, Gérauds Wilfried OBANGOME

Selon Zué John Fittzerald, employé au privé, la réponse du Gabon est une manifestation de sa souveraineté : 

"Voir le Gabon appliquer cette mesure de réciprocité, cela prouve à suffisance que l'Etat gabonais est en train de manifester sa souveraineté au plan international. Et à partir du moment où l'un ne respecte pas ses engagements, l'autre se doit d'appliquer également les mêmes mesures"

Tourisme en berne

Après 4 mois de fermeture des frontières due à la Covid-19, l'interdiction d'entrée dans l'espace Schengen et le principe de réciprocité du Gabon sont une mauvaise affaire pour les travailleurs du secteur touristique."Nous craignons pour l'avenir de notre entreprise et pour le secteur si la situation perdure parce que pour la plupart, nos clients sont internationaux", affirme Serge Boulingui, directeur commercial d'une agence de voyage basée à Libreville.

Contrairement au Maroc, le Gabon n’est pas dans la liste des pays africains retenus par l’UE (picture-alliance/AP Photo/Moroccan Royal Palace)

Contrairement au Maroc, le Gabon n’est pas dans la liste des pays africains retenus par l’UE

Nonobstant l'annonce de l'ouverture des frontières aux autres pays hors UE, les nouvelles restrictions risquent d'aggraver la situation, craint Aziz Maiga, un autre opérateur du secteur. Il faut malheureusement s'y conformer, ajoute-t-il :  

"Le blocus du transport en général, et en particulier celui du transport aérien en raison de la crise mondiale sanitaire due à la Covid-19, n'épargne personne, surtout les opérateurs économiques. Mais quand on choisit d'être opérateur dans un pays, il faut se conformer aux normes fixées par les instances dirigeantes."

La note circulaire suspendant la délivrance des "visas tourisme" aux ressortissants des vingt-sept (27) États membres de l'Union européenne désirant se rendre au Gabon précise que la mesure inclut les demandes de visas pour tourisme et séjours privés, motif professionnel (sauf résidents) et les voyages d'affaires. Enfin, le communiqué précise que cette décision ne s'applique pas aux officiels appelés à se rendre au Gabon dans le cadre de missions dûment autorisées par le gouvernement.