Le Gabon face au Covid-19 | Afrique | DW | 09.04.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Coronavirus

Le Gabon face au Covid-19

Le pays se défend lui aussi contre la propagation du Covid-19. Le pays a établi un couvre-feu partiel depuis trois semaines et mis en place un numéro vert pour informer la population.

Covid-19: un laboratoire de test

Covid-19: un laboratoire de test

Les yeux rivés sur leur écran, coiffés de casques téléphoniques, 50 téléconseillers  se relaient 24 heures sur 24 au numéro 1410 : celui du centre d'appel de la cellule d'informations sur le coronavirus.

Cinquante personnes formées pour répondre à toutes les questions sur le Covid-19. 

Raissa Boundono, directrice générale adjointe du centre, explique que "leur activité au sein du centre consiste à informer et orienter les populations sur le covid-19. Informer de façon générale sur la maladie, sur les moyens de prévention avec les gestes barrières mais également sur les symptômes".

Et elle poursuit: "Lorsque nous avons en ligne une personne qui déclare certains symptômes, nous la mettons en relation avec le Samu pour une prise en charge immédiate."

Près de 135.000 appels ont été reçus   

Mais près de 5.000 d’entre eux ont appelé le 1410 alors qu’ils ne présentaient aucun symptôme - juste comme ça. Un comportement irresponsable que les autorités gabonaises ont dénoncé, la saturation des appels pouvant empêcher de vrais malades d’être pris en charge rapidement.  

 Léna Charlène Emane est la responsable du Centre infos Covid 19 : 

"Ce sont souvent des enfants, c'est vrai, mais on a aussi des adultes qui nous appellent et qui se font passer pour des malades. Et là, avec les séries de questions qu'on pose pour faire le filtrage, nous arrivons à déterminer si ce sont des plaisantins et quand c’est le cas, nous faisons quand-même une sensibilisation."

Sensibilisation

"Nous rappelons l'importance du numéro 1410 et nous rappelons les gestes barrières parce qu'ils peuvent être des plaisantins aujourd'hui et être parmi les malades demain", explique Léna Charlène Emane. 

Pour mieux distinguer les cas supposés porteurs du Covid-19, le gouvernement a fait appel aux étudiants en 5e année de médecine pour identifier les symptômes avant que ne soient orientés les malades vers les centres dédiés à la prise en charge ou au confinement.  

Audios et vidéos sur le sujet