Le Bénin suspend ses paiements au Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur (CAMES) | Afrique | DW | 11.07.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Le Bénin suspend ses paiements au Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur (CAMES)

Le gouvernement béninois a annoncé son intention de se désengager de la contribution financière payée pour le compte de ses enseignants au Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur (CAMES).

La participation de l’Etat béninois au CAMES, pour ses enseignants de l'enseignement supérieur, s’élève à 113,2 millions de francs CFA, soit environ 175.000 euros. Mais le gouvernement béninois a pris la décision de suspendre cette contribution. 

Selon Arnaud Houédjissin, juriste et porte-parole de la coordination de l’intersyndicale des universités nationales du Bénin, cette décision surprise est contraire aux dispositions de l’institution régionale, le CAMES :

"Ça ne les respecte pas d’autant plus qu’il existe entre le Bénin et le CAMES une convention et cette convention dit clairement que la participation financière est à charge de l’Etat ou bien des institutions de provenance des candidats. Cela suppose les universités."

 

Arnaud Houédjissin redoute par ailleurs que cette décision du Bénin puisse inciter d’autres pays membres du CAMES à faire de même.

"Pour l’instant aucun Etat de la sous-région, aucun membre du CAMES ne s’est aligné sur la position du Bénin. Je tiens à préciser que ce serait un très mauvais précédent et un mauvais exemple si cela venait à être appliqué parce que ça va totalement les décharger de ce poids financier qui, il faut le dire, n’est pas un poids en raison de ce que cela peut profiter à l’Etat. Il faut combattre ça. Il ne faut pas permettre que les autres Etats prennent exemple sur le Bénin."

 

Des dépenses qualifiées d'inutiles

L’ancien ministre béninois de l'Education, Roger Gbégnonvi, estime pour sa part que cette décision se justifie par le fait que le gouvernement veut mettre fin à des dépenses jugées inutiles. 

"Les contribuables béninois ne peuvent pas payer pour que des individus donnés achètent les diplômes et aillent se retrouver au CAMES et ensuite fassent honte à l’ensemble du pays béninois."

Depuis mercredi (10.07.19) se tient à Bangui, en Centrafrique, la 41e session ordinaire des comités consultatifs interafricains du CAMES. Une réunion au cours de laquelle les responsables de l’institution pourraient se prononcer sur la décision du Bénin. Les enseignants et universitaires béninois attendent donc la position du CAMES sur le sujet.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !