L′Apivirine un traitement contre le coronavirus? | Afrique | DW | 22.04.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

L'Apivirine un traitement contre le coronavirus?

Aucune étude scientifique n’a prouvé l'efficacité de l'Apivirune contre le Covid-19. Des essais cliniques seraient en cours au Burkina Faso et le Bénin en a interdit la commercialisation.

Alors que diverses recherches sont conduites pour trouver une solution adaptée aux Africains, le Burkina Faso, le 27 mars dernier, a annoncé le lancement de deux essais cliniques dont l’un portant sur l'Apivirine, un médicament produit au Benin et utilisé dans le traitement du Sida. L'étude doit durer huit semaines et s’appliquer à des cas graves mais aussi des malades moins lourdement touchés par le Covid-19.

Le professeur Valentin Agon, inventeur de l’Apivirine, explique l'effet du produit : "L’Apivirine, c’est une boîte de 40 gélules : trois gélules quatre fois par jour et le lendemain, on voit déjà les résultats".

Le professeur confirme que selon"un malade, onze personnes dans sa maison étaient malades de Covid-19. Ils se sont mis sous Apivirine et dès le lendemain, la toux a cessé, la fatigue a disparu. Tous sont bien portants aujourd’hui, après cinq jours de traitement. Et il y en a qui sont devenus négatifs au Covid-19". 

Le Burkina Faso recadre le débat sur l'efficacité de l'Apivirine

Mais cette assurance du professeur Valentin Agon a été recadrée par les autorités burkinabè qui ont rappelé qu’aucune étude scientifique n’a encore prouvé l’efficacité de l’Apirivine contre le Covid-19.

Le Burkina Faso a donc invité la population à ne pas consommer de gélules de 500 mg d’Apivirine tant que ce médicament n’est pas validé. 

Une volte-face qui provoque des avis variés au sein de la population béninoise.  

"Il s’agit d’une solution africaine qui devrait avoir l’assentiment de grands laboratoires pour des études approfondies pour confirmer ou infirmer la véracité de ces molécules".

"Je pense qu’il est important de ne pas brûler les étapes. On ne saurait valider l’efficacité d’un remède sur des on-dit. Il faut qu’ils soient validés par des essais cliniques". 

"Nous savons que la science est universelle. Le produit Apivirine a fait l’objet de protocoles au Burkina Faso. Mais nous sommes désolés de constater qu’on ne se concentre pas là-dessus. Il est clair qu’il faut informer comme on est en train de le faire avec la chloroquine. Alors pourquoi pas la piste de ce produit Apivirine ? C’est une solution africaine qu’on pourrait envisager", se demande ce béninois.

Placé en quarantaine de retour du Burkina Faso le 31 mars, Valentin Agon en est sorti le 15 avril, testé négatif au Covid-19. L’homme qui a perdu sa mère pendant qu’il était en quarantaine continue d’affirmer que l’Apivirine est efficace contre le coronavirus.