France : Sébastien Ajavon fait une demande d′asile | ACTUALITÉS | DW | 19.10.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

ACTUALITÉS

France : Sébastien Ajavon fait une demande d'asile

Une demande qui fait suite de sa condamnation à vingt ans de prison pour trafic de cocaïne à l'échelle internationale. Et ce alors qu'un mandat d'arrêt international a été lancé contre lui. 

"C'est une cour privée qui a rendu une décision sur la base d’une instruction politique qu’elle a reçue." C’est entre autres le reproche que le collège d’avocats qui s’est constitué pour défendre Sébastien Ajavon fait à la cour de répression des infractions économiques et du terrorisme."Nous déposons une demande d’asile politique auprès de l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) nous avons des conditions pour obtenir cet asile politique, donc nous ne sommes pas à priori inquiet par ce mandat d’arrêt international. Le deuxième élément est que nous avons formé dès ce matin la seule voie de recours qui est ouverte aux décisions rendues  par la Criet, c'est-à-dire le pourvoir en cassation", a déclaré l'un des avocats de Sébastien Ajavon Me Marc Bensimhon estimant que la décision rendue par la Criet tranche avec toute justice. D'où l'espoir que placent les avocats de M. Ajavon dans la demande d'asile déposée par leur client en France. 

La France va-t-elle interpeller et extrader l’homme d’affaires ?

Pour le ministre béninois de la justice Sévérin Quenum "On parle de 18 kg de cocaïne. La justice a en ligne de mire de faire arrêter le cycle de la plaque tournante de la drogue qu’est devenue le Bénin donc en condamnant et en assortissant sa décision de mandat d’arrêt c’est que la justice entend que sa décision soit exécutée", explique le ministre qui assure que "dans tous les cas, c'est ce que prévoit la loi d’autant que les faits reprochés à Sébastien Ajavon sont extrêmement graves", dit-il. Avant de conclure que "sur le plan juridique rien ne s’oppose à ce que la France exécute le mandat d’arrêt contre Sébastien Ajavon."

L'homme d'affaires qui fût par le passé en bonne relations avec Patrice Talon avait lancé l’Union sociale libérale (USL) fin mars, son propre parti politique, en vue de la présidentielle de 2020. 

La cour de répression des infractions économiques et du terrorisme a condamné l’opposant politique et homme d’affaires à 20 ans de prison et une amende de 5 millions de francs CFA.

Audios et vidéos sur le sujet