Fin du 4ème Forum de partenariat germano –africain à Abuja , au Nigéria | Afrique | DW | 10.11.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Fin du 4ème Forum de partenariat germano –africain à Abuja , au Nigéria

Lors de ce forum initié par le président allemand Horst Köhler, la situation en République Démocratique du Congo et les effets de la crise financière mondiale ont dominé les débats.

default

La Grande Mosquée d' Abuja.

Mais les barrières et les désiquilibres qui entravent les relations entre l’Europe et l’Afrique dans de nombreux domaines ont aussi été thématisés lors des débats: que ce soit sur le dossier du changement climatique ou d’un ordre commercial mondial plus juste. Quand le 15 Novembre à Washington, les participants du sommet du G20 discuteront de la réforme du système financier mondial, le continent africain et ses plus de 800 millions d’habitants ne disposeront que d’ une seule voix. Ce désiquilibre a aussi été évoqué.

Les participants du Forum d’Abuja ont été unanimes: à nouveau les pays africains risquent de devenir victimes. Victimes d’une crise financière internationale que d’autres pays ont provoquée. Car la crise pourrait freiner brutalement le développement hésitant du continent, faire fondre l’aide au développement et les investissements, réduire les transferts financiers des Africains émigrés vers leurs pays d’origine. Mais pour le président Horst Köhler, cette crise représente aussi une "grande chance":

„ La crise a son origine dans les états industrialisés, ceux qui jusqu’ici se sentaient toujours les plus forts. De par leurs propres fautes, les états industrialisés ont compris qu’eux aussi sont vulnérables. Il est bon qu’ils en tirent les lecons et qu’ils deviennent plus modestes – au delà même du domaine économique. Le temps est venu de nous tourner vers les tâches communes qui concernent l’humanité entière. Il s’agit d’un nouvel ordre cadre pour l’économie mondiale, un ordre qui fasse des capitaux un serviteur et non pas un maître des hommes. Un ordre dans lequel la lutte contre la pauvreté et le changement climatique seront des tâches stratégiques pour tous. Un nouvel ordre financier où tous coopérent. J’espère que le sommet financier de Washington cette semaine sera vraiment un bon départ .“

Frauen in Abuja Nigeria

Deux jeunes femmes d'Abuja

Le sommet financier de Washington - un test pour la réussite d’un véritable partenariat avec l’Afrique - nombre d’Africains l’espèrent également. A Abuja les participants ont mis le doigt sur ce qui pourrait être fait rapidement et de manière pragmatique:

Une intensification des échanges scientifiques et universitaires. Un plus grand soutien dans le domaine éducatif et technologique. L’Allemagne est active et elle renforcera encore ses activités." L’Europe a besoin de l’Afrique et l’Afrique de l’Europe", a affirmé le président Horst Köhler. Beaucoup n’en sont pas encore conscients et c’est pourquoi le président allemand a institué ce Forum de Partenariat avec l’Afrique dès le début de sa présidence. En Afrique, l’engagement du président allemand pour le continent est bien accueilli. Uschi Eid député des Verts, qui a participé aux discussions:

„L’Allemagne prend l’Afrique enfin au sérieux. Et cela on le doit au président allemand. L’intérêt ne se limite pas seulement au cadre formel du G8, comme à Heiligendamm. Mais le président fait oeuvre de réflexion à plus longue échéance et se préoccuppe de l’Afrique de manière constante. Il est appréciable que l’Allemagne ait ici un visage sur le continent – le visage d’une personnalité importante. Et que l’on se sente pris au sérieux grâce à l’intérêt du président allemand pour le continent .“

Le président Köhler n’a pas seulement souligné la responsabilité des Européens pour établir durablement des relations équitables avec l’Afrique, mais évoquant sa déception face aux évènements en RDC, a aussi rappelé à ses interlocuteurs africains leur responsabilité commune pour la paix et la sécurité en Afrique.

Les négociations pour tenter de rétablir la paix dans l’est de la République Démocratique congolaise ont empêché le président de la Commission de l’Union Africaine Jean Ping, comme le président du Rwanda Paul Kagamé de participer au Forum d’ Abuja.