Des appels pressants à Berlin en faveur du secteur de la santé en Afrique | International | DW | 29.10.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Des appels pressants à Berlin en faveur du secteur de la santé en Afrique

À Berlin lors du sommet mondial de la santé, il a été question de l’épidémie d’Ebola qui sévit en RDC mais aussi des changements climatiques. Le sommet de Berlin est un des principaux forums internationaux sur la santé.

Le sommet mondial de la Santé (World Health Summit – WHS) à Berlin rassemble chaque année depuis 2009 dans la capitale allemande, des scientifiques, des hommes politiques, des représentants de l’industrie et de la société civile.

Des appels pressants en faveur de partenariats, d’investissements et d’innovation en Afrique en matière de santé ont été lancés lors du sommet de Berlin.

Des investissements et innovations aujourd’hui nécessaires dans un pays comme la RDC où sévit le virus d’Ebola. Ce que préconise d’ailleurs Michael Ryan, directeur exécutif du programme d'urgences sanitaires de l'Organisation mondiale de la Santé.

"Le virus Ebola est une maladie très difficile à arrêter pour le moment, en particulier dans le contexte du Congo où il y a un mélange de tout : avec des déplacements de populations, des conflits armés très répandus et le système de santé très fragile, la probabilité que la maladie puisse s’amplifier et se propager même au-delà des frontières est très élevée. Mais nous avons la chance qu’au niveau mondial, cette probabilité soit raisonnablement faible étant donné que la maladie ne se propage pas par la voie aérienne. Toutefois, il existe de nombreux autres agents pathogènes qui peuvent le faire", a déclaré Dr Michael Ryan.

Impacts des changements climatiques

Le Sommet mondial de la Santé 2019 a également été particulièrement axé sur les changements climatiques. Car l'impact de la variabilité climatique sur la propagation de certaines maladies est réel, selon Michael Ryan.

"Les changements climatiques auront un effet sur la propagation des maladies de différentes manières. Une grande partie de celles-ci est influencée par les régimes de précipitations et de températures. Notamment les virus et leurs vecteurs sont très sensibles à l'humidité et aux précipitations et sont donc à l'origine de maladies. Nous avons constaté cette année des épidémies de dengue un peu partout dans le monde. De même, les maladies liées à la sécheresse sont une préoccupation. Il y a un an, nous avons eu un cyclone majeur au Mozambique. Une semaine après le cyclone, nous avons eu une grave épidémie de choléra", a déploré le directeur exécutif du programme d'urgences sanitaires de l'Organisation mondiale de la Santé.

Et c’est encore le cas en ce moment dans beaucoup de pays en Afrique où les autorités craignent des épidémies de choléra et de paludisme à la suite des pluies diluviennes qui ont causé de graves inondations.

Au Soudan du sud, au Mali ou encore au Cameroun, on compte des milliers de sans-abris à cause de ces inondations.

 

 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !