Choguel Maïga nommé Premier ministre du Mali | Afrique | DW | 07.06.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Choguel Maïga nommé Premier ministre du Mali

A 63 ans, ce vétéran de la politique malienne est issu des rangs du M5-RFP qui l'a proposé à ce poste stratégique. Choguel Maïga était aussi ministre sous IBK.

Choguel Maïga ici lors d'une conférence de presse du M5-RFP à Bamako

La nomination de Choguel Maïga au poste de Premier ministre était attendue

La nomination de Choguel Maïga est intervenue dans la foulée de la prestation de serment du colonel Assimi Goïta, comme président de la transition malienne pour les neuf prochain mois.

Depuis plusieurs jours, le nouveau Premier ministre était apparu dans certaines manifestations officielles de la junte au pouvoir. 

>>> Lire aussi : Paris suspend sa coopération militaire avec Bamako

"Nous demandons (...) que le poste de Premier ministre revienne au M5-RFP", le collectif qui avait mené en 2020 des mois de contestation parachevés par le putsch d'août mais qui avait été laissé à l'écart des institutions de transition, a déclaré, fin mai, le colonel devenu l'homme fort du Mali devant les principaux acteurs politiques et civils du pays réunis à Bamako.

"Dans les jours à venir, le Premier ministre qui sera nommé aura pour mission de mener une large consultation entre les différents groupements (...) en vue de mettre en place un gouvernement de consensus et d'inclusivité", a ajouté Assimi Goïta, en estimant qu'il fallait choisir entre le rassemblement et les "guerres clandestines".

Ministre à plusieurs reprises et trois fois candidat à la présidentielle (2002, 2013 et 2018), Choguel Maïga était devenu l'un des chefs de file du collectif qui a mené en 2020 la contestation contre le président Ibrahim Boubacar Keïta. Le colonel Goïta a ainsi satisfait à une exigence des partenaires du Mali qui réclamaient que le poste soit confié à un civil.

C'est à 19 ans que Choguel Maïga a pris le chemin de la Biélorussie d’abord, puis de Moscou. Au bout d'une dizaine d'années, l’étudiant malien a fini comme ingénieur, diplômé de l’Institut des télécommunications de Moscou.