Mali : Assimi Goïta président de transition | Afrique | DW | 29.05.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Mali : Assimi Goïta président de transition

Le colonel succède à Bah N’Daw qu’il a écarté alors que la Cédéao se penche sur la transition malienne ce dimanche.

Assimi Goïta dirige la junte qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Kéïta

Assimi Goïta dirige la junte qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Kéïta

Assimi Goïta était pressenti pour diriger la transition malienne depuis quelques jours. La Cour constitutionnelle vient de le désigner.  

Le président de transition Bah N’Daw et le Premier ministre Moctar Ouane avaient été déchargés de leurs fonctions puis gardés dans la ville garnison de Kati, à une quinzaine de kilomètres de Bamako.  Les deux dirigeants ont été libérés après quelques jours. Beaucoup d’observateurs y avaient vu un second putsch en neuf mois.

Lire aussi → Mali : démissions du président et du Premier ministre

La Primature au M5-RFP ?

En le désignant, vendredi (28.05), la Cour constitutionnelle a indiqué que le nouveau président va occuper ses fonctions jusqu’au terme de la transition. La Cour constitutionnelle a constaté "la vacance de la présidence de transition" en raison de la démission du président Bah N’Daw.  

Depuis sa mise à l’écart, le président Bah N’Daw ne s’est pas encore exprimé publiquement

Depuis sa mise à l’écart, le président Bah N’Daw ne s’est pas encore exprimé publiquement

La transition devrait ramener des civils au pouvoir au premier trimestre de l’année 2022. Désigné président de transition, chef de l’Etat par la Cour constitutionnelle, Assimi Goïta se retrouve sans vice-président ni Premier ministre.

"Nous demandons (...) que le poste de Premier ministre revienne au M5-RFP", le collectif qui avait mené en 2020 des mois de contestation achevés par le putsch d'août, a dit Assimi Goïta vendredi.

"Dans les jours à venir, le Premier ministre qui sera nommé aura pour mission de mener une large consultation entre les différents groupements (...) en vue de mettre en place un gouvernement de consensus et d'inclusivité", a ajouté le colonel. 

Choguel Kokalla Maïga, une des têtes pensantes du M5-RFP, plusieurs fois ministre depuis 2002, est de plus en plus pressenti pour diriger le gouvernement.

Des sanctions de la Cédéao en vue ?

Cette désignation du colonel Assimi Goïta est survenue alors que plusieurs centaines de Maliens ont manifesté dans l'après-midi à Bamako leur soutien aux colonels et, pour nombre d'entre eux, leur hostilité envers la France, réclamant l'engagement de la Russie. Moscou a salué vendredi la libération des dirigeants civils de la transition en la qualifiant de "pas dans la bonne direction". 

Lire aussi → Mali : les militaires sous pression, ne lâchent rien

Le nouveau président de transition va certainement être attentif à une réunion de la Cédéao. Les chefs d'Etat ouest-africains réunis en sommet extraordinaire se pencheront sur la situation du Mali dimanche, avec l'éventualité de sanctions à la clé. Des sanctions ciblées visant les colonels sont largement évoquées, avec des interrogations sur leur efficacité. La France et les Etats-Unis, engagés militairement au Sahel, ont brandi la menace de sanctions.