1. Aller au contenu
  2. Aller au menu principal
  3. Voir les autres sites DW
Un soldat de l'armée centrafricaine tenant un fusil.
Soldat de l'armée centrafricaine.Image : Florent Vergnes/AFP/Getty Images

Bangui-N'Djaména, le point sur des relations souvent tendues

Carole Assignon
29 novembre 2022

Quelle est la nature actuelle des relations entre la Centrafrique et le Tchad qui s'accusent souvent mutuellement d'actes hostiles?

https://p.dw.com/p/4KFlI

 En Centrafrique, le bombardement ayant ciblé une base des forces de défense du pays ainsi que celle des paramilitaires russes  à Bossangoa continue de susciter des interrogations. Une enquête a été ouverte et dans un communiqué, les autorités centrafricaines assurent que l'avion à l'origine du bombardement, qui a eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi, "a pris la direction du nord”. En direction du Tchad donc, un pays souvent accusé de servir de base arrière à des groupes rebelles.

Avant d'évoquer les tensions que la présence de certains rebelles centrafricains sur le sol tchadien suscitent entre les deux pays, il faut noter que pour le moment rien n'indique un lien avec le Tchad. Mais par le passé, Bangui a déjà reproché à N'Djamena de laisser des groupes armés utiliser son territoire comme base arrière.

Le Tchad est en effet accusé d'avoir soutenu des forces centrafricaines qui ont renversé des gouvernements centrafricains, hébergé des opposants centrafricains et d'être même intervenu en territoire centrafricain.

 Anicet-Georges Dologuélé et François Bozizé lors d'une interview à Bossangoa.
L'ex-président François Bozizé et l'ancien premier ministre Anicet-Georges Dologuélé à Bossangoa en décembre 2020.Image : Jean-Fernand Koena

Bangui aussi accusé

N'Djamena avait pour sa part accusé, durant le mois de mai l'année passée, l'armée centrafricaine d'avoir tué six de ses soldats dans l'attaque d'un poste frontalier sur son territoire.

Les autorités tchadiennes n'avaient pas hésité à parler de "crime de guerre".Plus tard en décembre, des militaires des deux pays avaient échangé des tirs de part et d'autre de la frontière et un soldat tchadien avait été porté disparu. En février 2022, la tension est de nouveau monté quand un document sonore a fuité.  

Dans ce document, le chef rebelle tchadien, leader de l'UFR Timan Erdimi  faisait part de sa volonté de convaincre le groupe paramilitaire russe Wagner, très actif en Centrafrique où il intervient aux côtés du gouvernement, de l'aider à chasser du Tchad Mahamat Idriss Déby alors président du Comité militaire de transition à la tête du pays. Timan Erdimi a par la suite rallié le pouvoir tchadien.

Ecoutez l'audio

En dépit de la tension qui est bien réelle entre les deux pays, nombreux sont les observateurs qui insistent toutefois sur l'importance du dialogue pour aller de l'avant. Quant à l'attaque de Bossangoa, les autorités centrafricaines l'assurent, une enquête a été ouverte pour situer les responsabilités.

Enrica Picco est responsable Afrique centrale de l'International Crisis Group (ICG). Selon elle, il est difficile pour le moment de faire un lien entre l'attaque de Bossangoa et le Tchad, mais elle revient tout de même sur les relations tendues entre Bangui et N'Djaména.

Cliquez sur l'image ci-dessus pour écouter son analyse.

Passer la section Sur le même thème
Passer la section Dossiers thématiques