Berlin présente son ″concept Afrique″ | Allemagne | DW | 15.06.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Berlin présente son "concept Afrique"

Le gouvernement allemand a présenté mercredi son nouveau "concept Afrique". Un concept interministériel qui prend en compte les intérêts des pays africains mais aussi ceux de l'Allemagne sur le continent.

default

Objectif du nouveau "concept Afrique" : bâtir un partenariat d'égal à égal

Le concept a été élaboré par 14 ministères, dont ceux de l'Economie, du Développement ou encore de l'Education, et ce qui ressort du document de 70 pages, c'est le souhait de travailler sur un pied d'égalité avec les pays africains, comme l'a expliqué le ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle:

« Nous proposons à l'Afrique un partenariat d'égal à égal, qui va au-delà du modèle donneur-receveur, un modèle aujourd'hui dépassé. Nous voulons encourager les efforts et les initiatives qui partent du continent. C'est sur cette base d'égalité que nous souhaitons conquérir ensemble l'avenir de nos deux continents. »

Ce nouveau concept, qui était attendu depuis plus d'un an, a été salué par les ambassadeurs des pays africains en Allemagne, à l'instar de Clémentine Shakembo Kamanga, ambassadrice de la République Démocratique du Congo:

« Aujourd'hui, c'est un grand jour pour nous. Nous avons surtout suivi comment sera le nouveau partenariat avec l'Allemagne, un partenariat d'égal à égal. Je sais que ce n'est pas très facile quand on n'a pas le même pied d'égalité d'arriver à faire un partenariat mais nous allons essayer, et c'est bien que la République fédérale d'Allemagne puisse considérer les pays africains au même titre d'égalité comme des pays souverains. »

Merkel Afrika-Konzept

Angela Merkel lors de la présentation du "concept Afrique"

Des pays souverains, fournisseurs de matières premières, avec lesquels il s'agit de développer des partenariats économiques, comme l'ont déjà fait l'Inde, le Brésil ou encore la Chine. Hans-Jürgen Beerfeltz, secrétaire d'Etat à l'aide au développement:

«D'un côté, nous sommes contents de voir que des pays qui étaient encore il y a peu des receveurs proposent désormais leur aide de manière active. Mais d'un autre côté, nous constatons que la Chine ne tient pas compte des standards sociaux ou environnementaux, ce qui, pour les entreprises allemandes, est une évidence depuis longtemps. »

5000 entreprises allemandes travaillent actuellement en Afrique, des petites et des moyennes entreprises mais aussi des multinationales telles que BMW ou encore Siemens.

Auteur : Audrey Parmentier
Edition : Kossivi Tiassou