Bénin : le SMIG ne remplit plus le panier de la ménagère | Afrique | DW | 06.07.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Bénin : le SMIG ne remplit plus le panier de la ménagère

Face à la hausse des prix de nombreux produits alimentaires, le débat sur une revalorisation de l’indice salarial et du salaire minimum est relancé au Bénin.

Les populations de Cotonou (en image) doivent parfois faire de petits boulots pour joindre les deux bouts

Les populations de Cotonou (en image) doivent parfois faire de petits boulots pour joindre les deux bouts

Certains Béninois peinent de plus en plus à faire face à leurs charges.

A la maison ou dans la rue, entre collègues au bureau ou encore au sein des plateformes sur les réseaux sociaux, le quotidien des salariés face à la cherté actuelle de la vie constitue l'un des principaux sujets de discussion.

Selon les responsables syndicaux, cela fait un peu plus de cinq ans que les principales branches salariales n'ont pas connu d'augmentation. Et la situation commence à peser sur les conditions de vie.

« A peine pour tenir la moitié du mois »

Dame Martine, la quarantaine, travaille dans l'administration publique à Cotonou.

"Moi, le poste que j'occupe me permet de toucher le salaire d'un Béninois moyen. Je ne vous le dévoile pas mais honnêtement cela suffit à peine pour tenir la moitié du mois. Dès qu'on s'acquitte du loyer et des frais d'électricité et d'eau il n'en reste plus grand-chose, alors qu'il reste une quantité d'autres charges. On est parfois contraint de s'endetter pour tenir. Qu'en est-il alors de ceux qui touchent le SMIG ?!", explique cette fonctionnaire de l’Etat.

Écouter l'audio 02:07

Les temps changent, tout coûte cher mais nos salaires n’ont pas changé (Un fonctionnaire)

Lire aussi → Les attentes des Béninois après la victoire de Patrice Talon

Martine est certes au-dessus de la catégorie de ceux qui touchent le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG), mais elle ne peut pas se permettre certains petits luxes, et ses trois enfants en pâtissent :  

"Vous voyez ma famille ! J'aurais aimé offrir une vie meilleure à mes enfants, mais je suis limitée. Le salaire ne le permet pas. Ils sont en vacances actuellement et ont besoin par exemple de changer d'air. Mais où est-ce que je trouverai les moyens ? C'est sérieux ce que je vous explique... "

Arnaud lui est célibataire, pas trop loin de la catégorie de Martine. Malgré tout, le salaire que touche ce jeune assistant de direction dans une structure décentralisée du ministère de l'Enseignement suffit à peine pour subsister, se plaint-il :

"Moi je peux vous dire que je gagne un peu plus du double du SMIG depuis bientôt dix ans que travaille ici, et c'est la vraie galère. Les temps changent, tout coûte cher...mais nos salaires n'ont pas changé".

SMIG insignifiant

Toutefois, depuis 2014, le SMIG a connu une légère hausse au Bénin, passant de 31.625 à 40.000 francs CFA, l'équivalent de 60 euros.

Mais selon l’analyste Léon Koboudé, le montant reste insignifiant par rapport aux pays voisins.

"C'est quand-même l'un des SMIG les plus bas de la sous-région et c’est pourquoi aujourd'hui on peut entendre les travailleurs et les syndicats qui demandent une augmentation de ce SMIG", estime l’analyste.

Le président Patrice Talon a promis le hautement social à l’entame de son second mandat

Le président Patrice Talon a promis le "hautement social" à l’entame de son second mandat

Lire aussi → Le Bénin, Quartier latin, la démocratie, le vaudou…

Après avoir lancé un certain nombre de réformes libérales lors de son premier mandat, le président béninois Patrice Talon a promis de faire une pause et de rendre son second mandat "hautement social''.

Léon Koboudé considère donc que c’est le bon moment pour se pencher aussi sur la question de la revalorisation salariale des travailleurs. Il croit que "le social commence par un dialogue. Un dialogue social avec tous les acteurs qui peuvent apporter leur contribution, en matière de réflexions, en matière de propositions tangibles dans le cadre d'une augmentation du SMIG".

Mais pour le gouvernement, le débat est entre le patronat et les syndicats, c'est ce qu'a expliqué récemment son porte-parole.

"Si la décision est prise à ce niveau, il n’y a aucune raison de ne pas l’appliquer", a assuré Wilfried Léandre Houngbédji.