Bénin : les écoles inquiètes par la reprise des classes | Afrique | DW | 08.05.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Bénin : les écoles inquiètes par la reprise des classes

Enseignants et parents d’élèves craignent une vague de propagation du Covid-19 avec la réouverture des écoles lundi.

Un élève dans une classe à Avrankou, dans le sud du Bénin

Un élève dans une classe à Avrankou, dans le sud du Bénin

La reprise des classes ce lundi (11.05.20) pour la majorité des élèves inquiète les parents d’élèves et les enseignants. A la veille de cette réouverture des écoles, les cas positifs au Covid-19 ne cessent pourtant d’augmenter.

Le pays compte 242 cas positifs dont deux décès, selon les derniers chiffres publiés par les autorités béninoises. En 48 heures, les cas positifs ont ainsi plus que doublé dans le pays.

Le gouvernement fait savoir que cette augmentation de cas positifs est due au nombre plus important de tests réalisés entre le 3 mai et le 7 mai. Durant cette période, 7.290 tests de PCR et 6.446 tests de dépistage rapide ont ainsi été menés, affirment les autorités sanitaires. "Ce sont des cas qui étaient là et que le dépistage permet d’enregistrer, ce sont des porteurs sains", explique une source gouvernementale au sujet de cette augmentation de cas.

Trop tôt ?

Anselme Amoussou, secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (CSA-Bénin), est pourtant inquiet de cette reprise des classes après six semaines de pause dû au virus :

"Maintenant, ça va très vite. Les dépistages qui révèlent les cas se déroulent dans le monde des enseignants et ces enseignants qui sont malades ont des familles. Cela veut dire que le virus est aujourd’hui en communauté. Quand le virus est en communauté, on ne peut pas traiter la situation comme si on était au début de la pandémie. Les craintes ne sont pas seulement celles des enseignants, c’est la crainte de toute la nation."

La CSA-Bénin avait souhaité il y a quelques jours une reprise seulement pour les classes d’examen. M. Amoussou regrette que certaines de ses propositions aient été prises en compte seulement "en partie".

Epiphane Azon, président de l’Association des parents d’élèves, doute pour sa part du respect des gestes barrières dans les salles de classe :

"Nous savons comment les classes sont pléthoriques au Bénin. Il y a un manque  d’infrastructures. Au nombre des mesures édictées par le gouvernement, il y a la distanciation d’un mètre entre deux individus. Or, l’école au Bénin est le lieu de la grande concentration humaine. Les parents en sont très inquiets."   

Manque de concertations

A l’université, les cours se feront en ligne. Ecoles maternelles et garderies resteront fermées. Idem pour le cours du primaire, sauf pour les écoliers en classe d’examen.

Le gouvernement promet le "dépistage systématique et progressif des enseignants, du personnel administratif et de service" et  la distribution gratuite de masques dans les écoles, collèges et universités publics.

Notre source proche de la présidence de la République estime que le pays est en capacité de prendre en charge les cas positifs "pour éviter qu’ils contaminent d’autres personnes" et assure que l’année scolaire des élèves sera sauvée, "tout en préservant leur santé".

Le syndicaliste Anselme Amoussou déplore cependant un manque de concertation du gouvernement avec les acteurs de l’école dans la reprise des classes la semaine prochaine.

Selon M. Azon, une demande d’audience a été envoyée aux différents ministres de l’éducation pour qu’ils reçoivent syndicats et parents d’élèves. Inquiet, il attend de voir ce qui va se passer dans les salles de classe dès lundi.