Au Togo, l′opposition boycotte une nouvelle fois les élections | Afrique | DW | 27.11.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Au Togo, l'opposition boycotte une nouvelle fois les élections

Les élections législatives au Togo auront lieu le 20 décembre prochain. Mais sans la principale coalition des 14 partis de l’opposition qui confirme sa décision de boycotter ce scrutin. Le pouvoir, lui, a pris acte.

Écouter l'audio 06:22

"Le peuple togolais ne veut plus cautionner la mascarade électorale" (Jean-Emmanuel Gnagnon)

La  Coalition des 14 partis politiques de l’opposition exige avant tout la recomposition du bureau de la Céni, la Commission électorale nationale indépendante, qui est chargé d'organiser le scrutin et de constituer le fichier électoral.

Selon elle, ces exigences n’ont jamais été prises en compte par le pouvoir. 


"Quel est le corps électoral actuellement? Est-ce que ce sont ces bambins là qu'on a enrôlé? Lorsque sur cette même liste il y a encore des personnes décédées, vous pensez que les conditions sont réunies pour aller à des élections? Non. Ce qui s'annonce là, est très dangereux pour notre pays, pour notre démocratie qui est en construction. C'est le peuple togolais qui ne veut plus cautionner la mascarade électorale", soutient Jean-Emmanuel Gnagnon, secrétaire chargé à la communication des FDR, les Forces Démocratiques pour la République, un parti membre de la coalition d'opposition C14.

Impréparation

La réponse du parti au pouvoir est que l’opposition cache son impréparation.

"Je pense que tout simplement, ils ne sont pas prêts. Ils ont un autre calendrier. Vous savez, vous pouvez amener votre cheval au marigot, mais vous ne pouvez pas le forcer à boire. L'opposition, on peut changer tout ce qu'elle demande aujourd'hui, elle n'ira pas aux élections",  estime pour sa part Augustin Sambiani Yentema, député du parti Union pour la République, le parti au pouvoir.

Dans la perspective de ces élections législatives, la Cour constitutionnelle a validé les listes de 12 partis et formations politiques et celle de 17 candidats indépendants.

Enfin, la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition  appelle ses partisans à se mobiliser dans la rue le 29 novembre et le 1er décembre pour protester contre les irrégularités qui, selon elle, entachent ce processus électoral.

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !