1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Forum des cultures

La fiction plus forte que le documentaire

Le film « Virgem Margarida » revient sur un chapitre noir de l’histoire mozambicaine après l’indépendance : la rééducation des prostituées. Il a fait l’ouverture d’Afrikamera, le festival du film africain de Berlin.

Pour la sixème fois, le festival « Afrikamera » vient de présenter à Berlin des films de tout le continent africain. A l’affiche : de la fiction, des documentaires et des court-métrages recommandés par différents festivals comme le Fespaco, les Journées Cinématographiques de Carthage ou encore les Rencontres du Film Court de Madagascar.

Extrait du film : la « rééducation » des prostituées

Extrait du film : la « rééducation » des prostituées

C’est un film mozambicain qui a fait l’ouverture: « Virgem Margarida », en français « La Vierge Margarida » réalisé par Licínio Azevedo et présenté à Berlin par le producteur Pedro Pimenta.

Maputo, 1975, juste après l’indépendance du Mozambique. Des femmes sont embarquées de force par des militaires. Personne ne leur dit quelle est la destination du convoi. Après plusieurs jours de voyages, ces citadines atterrissent avec d’autres femmes issues de tout le pays au milieu de la brousse. L’objectif : les « rééduquer » par le travail. On leur reproche d’avoir mené jusqu’ici « une mauvaise vie » car ce sont des prostituées.

Avant de réaliser ce film de fiction basé sur des faits historiques, Licínio Azedevo avait d’abord recueilli les témoignages de ces femmes dans un documentaire intitulé « La dernière prostituée ».

Audios et vidéos sur le sujet