1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Burundi: ce qui a changé en deux ans de crise

Pour le pouvoir en place à Bujumbura, la paix est de retour. Mais pour certains opposants, le Burundi est devenu une prison à ciel ouvert. En deux ans de conflit, beaucoup d'efforts de médiation ont été faits avec diverses fortunes. Pendant que des Burundais rentrent, d'autres fuient. Condamné à l'asphyxie financière, le Burundi essaie vaille que vaille de tenir. Mais jusqu'à quand?

Écouter l'audio 25:44

Deux ans après l'éclatement de la crise politique au Burundi, suite à la décision du président Pierre Nkurunziza de se présenter à l'élection présidentielle en 2015, le pays est toujours sous le coup de sanctions d'une partie de la communauté internationale. Il est reproché au pouvoir d'empêcher toutes les tentatives de pacification passant par l'envoi d'une mission de l'ONU et le dialogue avec certains acteurs politiques qui refusent de reconnaître une quelconque légitimité au mandat en cours à Bujumbura.

Risques de dérapages

L'ONU et les organisations de défense des droits de l'homme dressent un tableau alarmant: plus de 2 000 morts, des milliers de personnes torturées, plus de 10 000 en détention arbitraire et plus de 400 000 Burundais ayant fui des violences. Mais le pouvoir dément et indique que la paix est de retour. Condamné à l'asphyxie financière, le Burundi essaie vaille que vaille de tenir. Mais jusqu'à quand? En deux ans de crise, certaines personnalités qui ont dû prendre la fuite après avoir refusé le troisième mandat sont rentrées. D'autres sont encore en exil. Pourquoi?

Alexis Sinduhije, leader du MSD

Alexis Sinduhije, leader du MSD

Retrouvez Fréjus Quenum et ses invités:

- Willy Nyamitwe, Conseiller principal à la Communication du président de la République du Burundi
- Pancrace Cimpaye, opposant politique burundais en exil et Coordonnateur en Europe du Mouvement pour la solidarité et la Démocratie (MSD)
- et Sylvestre Ntibantunganya, ancien président burundais (entre 1994 et 1996 avant d'être renversé par Pierre Buyoya) rentré d'exil en décembre 2016 après plusieurs mois passés en Belgique