Toujours l′ombre de la ″Kabilie″ en RDC | Afrique | DW | 18.02.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Toujours l'ombre de la "Kabilie" en RDC

Les proches de Joseph Kabila restent dans l'entourage de Félix Tshisekedi. Analyse de leur influence sur le nouveau président congolais.

Le nouveau président congolais, Félix Tshisekedi, est-il sous l'influence de l'ancien régime ? Alors que les Congolais sont toujours dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre et d'un gouvernement, Félix Tshisekedi reste entouré par des proches de Joseph Kabila. Une situation qui fait douter des capacités du nouveau président à s'émanciper de l'ancien.

Un oiseau rare comme Premier ministre 

Le choix du chef du gouvernement est délicat et les élections telles qu'elles se sont déroulées en République démocratique du Congo ne facilitent pas la tâche au nouveau chef de l'Etat congolais.

Celui-ci est certes issu de l'opposition politique mais Félix Tshisekedi n'a pas la majorité parlementaire. Ce qui le contraint  à une coalition qui aura des conséquences sur sa manière de gouverner, estime Donat Tshimboj, député de l'Alliance pour l'avenir, proche de Moïse Katumbi. Selon lui, le chef de l'Etat "est obligé de composer avec une famille politique qui n'est pas la sienne et qui a une très large majorité. Donc, le problème se situe à deux niveaux : d'abord, lui-même ne peut pas se permettre de désigner seul un Premier ministre. Et puis la famille qui a la majorité parlementaire doit être en mesure de trouver cet oiseau rare."

L'aval de Joseph Kabila

La RDC est donc dans un cas de figure où le président sortant, Joseph Kabila, détient encore un pan important du pouvoir - du fait que plusieurs personnalités qui lui sont fidèles restent en poste, comme l'actuel ministre de l'Intérieur, Henri Mova, ou encore Kalev Mutond, chef de l'Agence nationale de renseignements.

Et alors que Félix Tshisekedi cherche à ne pas décevoir la population, le nouveau président congolais pourra-t-il avoir la main sur les nominations sans l'aval de Joseph Kabila ? 

Demokratische Republik Kongo Kinshasa - Amtseinführung: Felix Tshisekedi wird Kongos Präsident: Offizier Salutiert (picture-alliance/AP Photo/J. Delay)

Un officier lors de la cérémonie d'investiture de Félix Tshisekedi

Pour l'analyste politique congolais, Paul Kaboba, le nouveau président devra s'en remettre à l'ancien chef d'Etat dont les hommes contrôlent l'Etat-major, les renseignements militaires et surtout la Garde républicaine qui reste aux ordres de Joseph Kabila: "La politique ce sont des tractations. Ce sont des calculs. Ce sont des compromis.

A ce niveau, l'actuel président veut obtenir de l'ancien des garanties que s'il bouge trop la classe politique, cela ne va pas déranger parce que bouleverser cette classe politique peut conduire à un divorce. L'actuel président n'ayant pas encore toutes les cartes en main, il ne serait pas dans son intérêt d'aller trop rapidement en besogne, au risque de voir l'échafaudage s'effondrer"

Dans ces conditions, il apparait encore difficile pour Félix Tshisekedi d'asseoir son autorité sans l'appui de Joseph Kabila. L'ancien président a pris le soin de créer un contre-pouvoir suffisamment puissant pour obliger son successeur à négocier chaque poste.

Dans ce contexte, le succès politique de Félix Tshisekedi dépendra de sa capacité à sortir de l'ombre de Joseph Kabila.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet