Hausse vertigineuse du prix du gaz butane au Togo | Afrique | DW | 16.08.2022
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Hausse vertigineuse du prix du gaz butane au Togo

Il est désormais quasiment impossible d’avoir du gaz à moins de 5 000 francs CFA dans le pays. C’est l’incompréhension chez les citoyens.

De janvier á juillet 2022, l'Etat a déjà subventionné le gaz pour plus de 10 444 milliards de FCFA.

De janvier á juillet 2022, l'Etat a déjà subventionné le gaz pour plus de 10 444 milliards de FCFA.

Le ministre togolais du  commerce, de l’industrie et de la consommation locale a approuvé vendredi (12.08) l'augmentation du prix du gaz butane.

"Eh ! C’est un peu dommage." "Ça ne nous arrange pas", ces Togolais sont amers, désappointés, après l’annonce d’une augmentation de près 75 %. La bouteille de 6 kg passe de 3 200 FCFA à 5 370 FCFA.

Nos tentatives pour avoir une explication officielle sur cette hausse du prix du gaz n’ont pas abouti. Même si on ignore pour l’instant les raisons de cette augmentation, Benetti Gagalo de l’association togolaise des consommateurs trouve cela "déplorable. Franchement 11 300, c’est trop", se désole t-il. 11 300 FCFA, c’est le prix du gaz de 12 kilos qui ne coûtait encore que 6500 FCFA, il y a peu.

Au Togo, l’approvisionnement en gaz butane est assuré par TotalEnergies, Zener et Sanal.

Au Togo, l’approvisionnement en gaz butane est assuré par TotalEnergies, Zener et Sanal.

Beaucoup de Togolais ploient déjà sous le poids de l’inflation, avec un SMIG de 35 000 FCFA. "L’inflation est galopante. On n’arrive plus à joindre les deux bouts. Au Togo, maintenant, ça chauffe", confirme Kodjo Selom, conducteur de taxi moto.

Retour au charbon de bois et ses conséquences

Certains Togolais envisagent retourner à l’utilisation du charbon de bois dont le coût est plus accessible, ce qui est néfaste pour l'environnement. Emmanuel Sogadji de la ligue togolaise des consommateurs : "vous comprenez que tous les arbres, les petites forêts, vont disparaitre. Donc c’est très dangereux."

Cette hausse du prix survient alors que le Togo a lancé en juin dernier une vaste campagne de reboisement et de protection de l’environnement. " Si on dit aujourd’hui qu’on essaie de protéger la planète en diminuant les gaz à effet de serre et au Togo, on augmente le prix du gaz, ceci nous pousse à aller faire la déforestation, parce qu’on n'a plus d’autres choix" ajoute Kodjo Selom.

Séna Alouka de l’ONG Jeunes volontaire pour l’environnement ne cache pas sa surprise : 

"Ça tombe très mal pour le Togo, dans le cadre du respect de ses engagements, dans le cadre de l’accord de Paris. Ça tombe très mal pour le pays dans le cadre de l’initiative africaine pour la restauration de l’écosystème, le Togo a décidé également de reboiser ou de restaurer près de 1,5 million d’hectare de terre d’ici 2030."