Sponsoring des partis politiques | Allemagne | DW | 09.03.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Sponsoring des partis politiques

Les partis politiques doivent ils accepter des dons extérieurs? quelle influence exercent réellement ces dons sur les hommes politiques?

default

Pour les citoyens, rien n'est transparent : où va l'argent des partis et à quoi, ou plutôt à qui souvent, sert-il ? Ainsi, pendant les Congrès régionaux de la CDU, le parti chrétien-démocrate, en Saxe et en Rhénanie du Nord Westphalie, les puissants sponsors ont même eu le droit de s'entretenir un moment avec les chefs des deux Länder, les deux régions... contre toutefois une petite obole ! Ulrich Maurer, député de Die Linke, le parti de la gauche radicale, au Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand:


En Allemagne, si on peut acheter un chef de région, ne serait-ce que pour quelques heures, parce qu'on veut obtenir de lui des avantages particuliers, alors c'est comme si on enterrait la confiance de la population, du moins celle qu'elle accorde encore aux hommes politiques, dans notre pays démocratique.

Westerwelle / FDP / Berlin

Plus de 80 % des Allemands croient que les hommes politiques sont influencés par des dons ainsi que par l'argent des sponsors. Pourtant, à part die « Linke », les partis ne veulent pas renoncer à cet argent car selon eux, la loi fondamentale ne prévoit pas qu'ils soient exclusivement financés par l'État.

Les partis reçoivent 130 millions d'euro par an payés par les contribuables. Mais apparemment cela ne suffit pas. C'est pourquoi les partis acceptent des dons et des cotisations d'adhérents qui, cependant, doivent être transparents selon la loi. Cette même loi ne prend en revanche pas en compte le soutien des sponsors, devenu banal dans des milieux comme le sport ou la culture. Et quand le nombre d'adhérents baisse et que les dépenses augmentent, il est tentant pour les partis d'avoir recours à cette méthode, d'autant plus qu'elle n'a pas de limite, ce que dénonce Heidi Klein de l'association LobbyControl :

Cette pratique doit être aussi transparente que les dons. En plus, cet argent-là ne doit pas être déductible des impôts comme c'est le cas aujourd'hui. Les dons eux ne le sont plus.


L'association LobbyControl le sait bien: interdire les dons et les sponsors ne servira à rien. L'argent finira de toute façon par se frayer un chemin.

Flash-Galerie Gregor Gysi der Fraktionsvorsitzende der Partei Die Linke und Oskar Lafontaine Parteivorsitzende Bundestagswahl

Auteur:Sabine Kinkartz, Marlin Schadomsky, Anaïs Meyer
Edition:Georges Ibrahim Tounkara