Sahel : ″Le terrorisme est un serpent à plusieurs têtes″ | Afrique | DW | 13.11.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Sahel : "Le terrorisme est un serpent à plusieurs têtes"

Le djihadiste Ba Ag Moussa a été tué par la force militaire Barkhane au Mali. Sa disparition est un revers pour le mouvement d’Iyad Ag Ghaly mais il est peu probable que cela suffise pour l'affaiblir.

La France a salué l'élimination au Mali de Ba Ag Moussa , un djihadiste de premier plan lié à Al-Qaïda, dont le nom était associé à de nombreuses attaques dans la région.

Ba Ag Moussa, un ancien militaire de l’armée malienne, est décrit comme le chef militaire du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, le GSIM d’Iyad Ag Ghaly, et un cadre historique de la mouvance djihadiste dans le Sahel.

Un revers mais pas suffisant

Sa mort est un coup dur pour le mouvement d’Iyad Ag Ghaly mais l’expert des questions sécuritaires au Mali, Ousmane Kornio, ne croit pas que cela va ralentir les activités terroristes.

Écouter l'audio 01:49

"Le terrorisme dans cette zone est un serpent à plusieurs têtes" (Ousmane Kornio)

"Le terrorisme dans cette zone est un serpent à plusieurs têtes. Quand on coupe une tête, c’est une autre tête qui pousse. Pour le commun des mortels, c’est un non-évènement dans la mesure où dès demain ils vont encore réagir, peut-être qu’ils vont réagir plus fort. Tant que Iyad (Iad Ag Ghaly, ndlr) vivra, je crois que les choses ne changeront pas", a déclaré Ousmane Kornio.

Cet avis est aussi partagé par le chercheur malien Iba N'Diaye. Il estime que la neutralisation de ce pilier du GSIM ne suffit pas pour mettre hors d’état de nuire le mouvement terroriste.

"Il y a des groupes qui ne sont centrés que sur la tête, celui qui a formé le groupe. Et si on élimine cette personne, le groupe n’existe plus. Mais il y en a d’autres encore qui sont plus structurés. Et il y en a qui sont purement circonstanciels. Et je peux placer le groupe d’Iyad Ag Ghaly parmi les plus structurés", estime le Prof. N'Diaye. 

Le nom de Ba Ag Moussa a été cité comme étant le promoteur d’attaques importantes conduites contre les forces maliennes. La dernière en date est celle de mars 2019, qui avait fait plus de 20 morts. Son nom apparait également dans plusieurs attaques perpétrées en 2020.