Retour sous conditions pour les djihadistes allemands | Vu d′Allemagne | DW | 20.02.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Retour sous conditions pour les djihadistes allemands

La presse commente les conditions posées par le ministre de l'Intérieur pour le rapatriement des combattants allemands, mais aussi la candidature de Bernie Sanders aux États-Unis et la mort du couturier Karl Lagerfeld.

Au moins 40 Allemands figurent parmi les combattants de l'EI faits prisonniers par les forces kurdes

Au moins 40 Allemands figurent parmi les combattants de l'EI faits prisonniers par les forces kurdes

Horst Seehofer est prêt à autoriser le retour des djihadistes allemands et de leurs familles, mais seulement si leur identité est clairement établie et s'ils ne présentent pas un risque sécuritaire incalculable.

Pour la Süddeutsche Zeitung, le ministre de l'Intérieur maîtrise à la perfection l'art du double langage. Quand il s'agit d'expulser des délinquants étrangers, il n'y a pas de "mais". Pour les ressortissants allemands partis faire le djihad en Syrie, il pose des conditions.

Selon le quotidien, les Allemands qui se sont battus pour l'État islamique doivent être traduits en justice en Allemagne. Si aucun crime ne peut leur être imputé mais qu'ils sont considérés comme dangereux, il faut les surveiller. C'est pénible, cher et peu populaire, mais il n'y a pas d'alternative dans un Etat de droit.

La Rheinische Post affiche son incompréhension. Il était prévisible depuis des années que des centaines d'Allemands - dont une quarantaine de combattants de l'EI faits prisonniers - franchiraient bientôt la frontière en sens inverse après la défaite de l'EI.

N'y avait-il vraiment aucun plan dans les tiroirs pour identifier ces individus avant de les remettre aux mains de la justice allemande? s'interroge le quotidien.

Donald Trump doit sauter de joie devant l'hystérie des Européens, commente pour sa part le Donaukurier. Il lui a suffi de menacer sur Twitter de relâcher les combattants de l'EI, qui ne sont au passage même pas sous la garde des États-Unis. Et dans le même temps, il rappelle à ses alliés leur responsabilité légale, en tant que président d'un pays qui a, pendant des années, foulé aux pieds les droits humains avec Guantanamo.

Bernie Sanders de nouveau candidat

Bernie Sanders l'infatigable

Bernie Sanders l'infatigable

La présidence des États-Unis, justement, Bernie Sanders en rêve depuis longtemps. Le sénateur du Vermont a annoncé mardi (19.02.2019) qu'il briguerait de nouveau l'investiture démocrate en 2020.

Ce qui laisse le Kölner Stadt Anzeiger sceptique. On peut douter du fait qu'un homme blanc de 77 ans soit le candidat approprié pour un parti qui doit principalement marquer des points auprès des électeurs noirs et des femmes, commente ainsi le quotidien.

Et encore plus qu'un politique aussi polarisant soit le meilleur président pour réconcilier un pays profondément divisé. Le défi des démocrates, selon le journal, est de trouver un candidat qui mobilise la base sans effrayer les électeurs du centre.

Le "Kaiser" de la mode ambassadeur de l'amitié franco-allemande

Karl Lagerfeld est plus connu en France qu'en Allemagne

Karl Lagerfeld est plus connu en France qu'en Allemagne

À propos de la mort de Karl Lagerfeld, les Stuttgarter Nachrichten ne s'attendent pas à des hommages en Allemagne. Le roi de la Haute Couture était pour beaucoup une caricature bizarre, un cas pour les émissions satiriques.

Quand on pense à la mode en Allemagne, c'est d'abord à Heidi Klum et ensuite à des vêtements bon marché et portables.

Lagerfeld partage le destin d'autres personnalités vénérées à Paris et conspuées dans leur pays d'origine: Marlene Dietrich ou encore Romy Schneider. Et cela, c'est encore plus triste que la mort de Karl Lagerfeld, estime le quotidien de Stuttgart.

Depuis le début des années 1950, Lagerfeld a fait davantage pour la compréhension franco-allemande que certains responsables politiques, affirme la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Malgré son accent rapeux, son penchant pour l'art français, la musique et la culture pop ont su séduire les Français.

Le créateur de mode, bien qu'étranger, est adoré là-bas comme un immortel parce qu'il a su saisir la faiblesse des Français pour le luxe et la transformer en force.

La rédaction vous recommande

Liens

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !