RDC : Jeanine Mabunda, évincée de l′Assemblée nationale | Afrique | DW | 11.12.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

RDC : Jeanine Mabunda, évincée de l'Assemblée nationale

Les députés ont majoritairement voté ce jeudi en faveur de la destitution de la présidente de l’Assemblée nationale. Un revers pour le camp Kabila en crise ouverte avec Félix Tshisekedi.

Jeanine Mabunda a été élue présidente de l’Assemblée nationale le 24 avril 2019

Jeanine Mabunda a été élue présidente de l’Assemblée nationale le 24 avril 2019

Les députés ont voté pour la destitution de Jeanine Mabundapar 281 voix, contre 200 avec une abstention et un bulletin nul. La plénière qui a pris fin tard dans la nuit de jeudi à vendredi, était présidée par Christophe Mboso Nkodia, doyen du bureau d’âge.

Un bureau mis en place sur fond de violences ces derniers temps au sein de l’Assemblée nationale. Jeanine Mabunda tombe ainsi que plusieurs membres de son bureau.

Le président congolais annonçait le 6 décembre dernier la nomination d’un informateur chargé d’identifier une nouvelle majorité à l’Assemblée

Le président congolais annonçait le 6 décembre dernier la nomination d’un informateur chargé d’identifier une nouvelle majorité à l’Assemblée

Félix Tshisekedi marque ainsi des points contre son prédécesseur Joseph Kabila.

"Un jour historique" pour le président du parti ENVOL, Delly Sessanga.

"Un jour où l’Assemblée nationale s’assume face à son bureau pour lui donner une direction. Fini les mots d’ordre, fini ce pouvoir personnel qui était érigé ici en règle qui s’imposait à tous. Aujourd’hui nous voulons que cette chambre respire la démocratie et soit le temple de la liberté", s'est félicité Delly Sessanga. 

Lire aussi ►RDC : La fin de la coalition présente des risques

La joie de certains Kinois

Cette chute de la présidente de l'Assemblée nationale est aussi célébrée dans la rue. Pour certains Kinois, ce départ est la fin du règne de Joseph Kabila, mais surtout une "délivrance".

"C’est un grand jour pour le Congo. On a beaucoup supporté dans ce pays, on a tout vu mais aujourd’hui Fatshi béton (Félix Tshisekedi)  nous a montrés de quoi il est capable. Parce que nous, on croyait que ça allait rester comme ça, maintenant on se rend compte que Fatshi béton reste toujours Fatshi béton", se réjouis une Kinoise. 

Écouter l'audio 02:10

Ecoutez l'audio de notre correspondant à Kinshasa

"Dans un règne il y a le début...et il y a le déclin" 

"Nous sommes en train de jubiler parce que personne n’a cru que ce jour arriverait", ajoute une autre citoyenne.

Elle affirme également que "le jour de la délivrance de l’État congolais, chaque chose a son temps. Dans un règne il y a le début, il y a l’apogée et il y a le déclin. Maintenant-là c’est déjà le déclin. C’était déjà arrivé, ils n’ont pas cru. Ils n’ont pas accepté. Mais aujourd’hui, nos députés ont soutenu le peuple."

Joseph Kabila perd une bataille importante avec cette chute du bureau de l’Assemblée nationale. Le FCC, il faut le rappeler, revendiquait jusqu'à présent une majorité de plus de 300 députés sur 500 depuis les élections de décembre 2018. Muet jusqu'à présent, Joseph Kabila dispose encore d'une vaste majorité au Sénat, dont il est d'ailleurs membre. Le PPRD, parti d'origine de Kabila à réagi sur Twitter.

Lire aussi ►La culture de la violence politique en RDC