Prolongation des sanctions de l′UE contre la Syrie | International | DW | 19.02.2013
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Prolongation des sanctions de l'UE contre la Syrie

L'UE a décidé de prolonger pour trois mois les sanctions contre le pays. Les 27 ont également décidé d'autoriser un soutien plus important à l'opposition, sans pour autant accepter une levée de l'embargo sur les armes.

Le ciel d'Alep brûle sous l'assaut des rebelles mais l'Union européenne mise sur le dialogue politique

Le ciel d'Alep brûle sous l'assaut des rebelles mais l'Union européenne mise sur le dialogue politique

L'UE ne lèvera pas l'embargo sur les armes vers la Syrie : le risque d'une militarisation accrue du conflit est grand

L'UE ne lèvera pas l'embargo sur les armes vers la Syrie : le risque d'une militarisation accrue du conflit est grand

Avec quelque 438 millions de dollars, l'UE est le plus important donateur en matière d'assistance humanitaire pour la Syrie. Mais ses membres sont divisés sur la question de la distribution d'armes aux rebelles. D'un côté, certains pays, comme les Britanniques, veulent donner aux rebelles des moyens techniques supplémentaires pour leur permettre de faire face à l'armée suréquipée de Bachar al-Assad.

De l'autre, une majorité de capitales - et notamment l'Allemagne, par la voie du ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle - met en garde contre le risque d'une militarisation du conflit accrue si l'embargo sur les armes était levé. Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders a résumé cette position d'une formule lapidaire : « On ne va pas combattre des jihadistes au Mali pour fournir des armes aux jihadistes en Syrie. »

Le médiateur Lakhdar Brahimi est pour l'UE le meilleur atout pour une solution politique

Le médiateur Lakhdar Brahimi est pour l'UE le meilleur atout pour une solution politique

Maintien de l'embargo sur les armes

Le paquet de sanctions prises par l'UE depuis deux ans est donc prolongé jusqu'en mai : les embargos sur les armes et le pétrole sont maintenus ainsi qu'une série de sanctions commerciales et financières. Des sanctions qui touchent aussi des personnalités du régime de Bachar al-Assad sous forme de gel de comptes bancaires.

Mais pour satisfaire les tenants d'un assouplissement de l'embargo sur les armes, les 27 ont promis d'accroitre leur soutien technique pour la protection des civils. La formule est assez vague mais la Grande-Bretagne a décidé de l'utiliser à son maximum. Il pourrait s'agir de livraison de moyens de protection comme des casques, mais aussi de financement ou d'entrainement plus ou moins militaire.

Comme l'a souligné Michael Mann, le porte-parole de Catherin Ashton, la Haute représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères, que nous avons pu joindre à Bruxelles, les 27 ont surtout encouragé le régime de Bachar al-Assad a répondre à l'initiative prise par le chef de l'opposition de lancer sous condition un dialogue politique.

Écouter l'audio 01:57
Now live
01:57 min

"L'UE travaille à une solution politique avec l'envoyé spécial Lakhdar Brahimi" (Michael Mann)

Archives

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !