Présidentielle au Niger : l’outsider Mahamane Ousmane veut y croire | Afrique | DW | 18.02.2021

Découvrez le nouveau site de DW Afrique

Testez en exclusivité la version beta de DW Afrique. Votre avis peut nous aider à améliorer le nouveau site.

  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Présidentielle au Niger : l’outsider Mahamane Ousmane veut y croire

Pour Mahamane Ousmane, les chiffres du premier tour ne reflètent pas la réalité et il assure que lui et ses partisans vont cette fois limiter l'ampleur de la fraude. Parmi ses priorités, l'eau et la sécurité.

Le second tour de la présidentielle oppose ce dimanche (21 février) le favori Mohamed Bazoum, arrivé en première position au premier tour avec 39,3%, et l’opposant et ancien président Mahamane Ousmane qui a obtenu 16,9%.

Un scrutin historique

Le scrutin de dimanche est en cela historique : pour la première fois, une transition démocratique va passer le relais d'un président à l'autre par les urnes.

La lutte contre l’insécurité est au cœur de la campagne de Mahamane Ousmane.

"L’eau est ma priorité, ensuite l’éducation, l’emploi et la sécurité..." (Mahamane Ousmane)

Le Niger est en effet pris en tenailles entre les attaques du groupe jihadiste nigérian Boko Haram dans le sud-est et celles des nébuleuses djihadistes.

Les violences, qui ont fait fuir des milliers de personnes, pourraient empêcher un certain nombre de Nigériens de pouvoir voter dimanche au second tour du scrutin. Pour Mahamane Ousmane, l’insécurité grandissante au Niger nait de la frustration des populations, notamment des jeunes.

Mahamane Ousmane parle dans cette interview de son programme de campagne mais aussi des prévisions sur les scores des deux candidats et les ralliements possibles.

Dix-huit partis d'opposition dont celui de l’ancien président, rassemblés au sein de la coalition Cap 20-21, ont déjà menacé de ne pas reconnaître les résultats du second tour s'il n'est pas "transparent et honnête, sans bourrages d'urnes".