Pourquoi le Mur de Berlin a été construit, en 1961 | International | DW | 04.11.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Pourquoi le Mur de Berlin a été construit, en 1961

On célèbre le 9 novembre 2019 les trente ans de la chute du Mur de Berlin. L'occasion de revenir d'abord sur le contexte et les raisons de sa construction, par la RDA, pour encercler Berlin-Ouest.

Écouter l'audio 02:07

Série Mur de Berlin : le contexte historique

Le 9 novembre prochain, c'est-à-dire samedi, l'Allemagne et le monde vont célébrer les trente ans de la chute du Mur de Berlin. Cette construction, qui entourait Berlin-ouest entre 1961 et 1989, est devenue le symbole de la guerre froide et de la séparation de l'Allemagne en deux Etats antagonistes. Toute la semaine, nous allons vous proposer des reportages et analyses sur le Mur, son tracé et ses conséquences, sensibles jusqu'à aujourd'hui. Mais pour commencer, un retour historique, pour mieux comprendre le contexte qui a amené le régime est-allemand à emmurer les Berlinois de l'Ouest. 

Deutschland Checkpoint Charlie Berlin | Ausbau der Mauer an der Zimmerstraße 1964 (picture-alliance/dpa/akg-images)

Le Mur est construit en 1961 par les autorités est-allemandes

Trois dates clefs

1945, d'abord, celle de la défaite de l'Allemagne nazie. Les Alliés occidentaux (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France) se partagent la moitié ouest de l'Allemagne. La partie est, elle, est placée sous influence soviétique – l'URSS est alors dirigée d'une main de fer par Staline. Les occidentaux refusent de céder Berlin-ouest à Moscou et soutiennent même cette enclave occidentale en RDA par un pont aérien pendant près de onze mois.

Deuxième année importante : 1949. C'est cette année que sont créés d'abord l'Etat ouest-allemand, la RFA, puis la RDA, à l'Est, quelques mois plus tard.

Des restes du mur de Berlin sont encore visibles dans la capitale allemande

Des restes du mur de Berlin sont encore visibles dans la capitale allemande

Endiguer les départs massifs vers l'Ouest

Le régime est-allemand est répressif. Plus de deux millions de citoyens tentent de le fuir en passant à l'Ouest, quitte à sauter par-dessus des barbelés ou à se faire tirer dessus par les forces de polices Vopo.

C'est pour endiguer ces départs qu'en 1961- la troisième date à retenir est la nuit du 12 au 13 août - les autorités est-allemandes construisent un Mur à Berlin. "L'effet pour la RDA, c'est une véritable saignée du pays", explique Jérôme Vaillant, professeur émérite de civilisation allemande de l'Université de Lille et directeur de la revue l'Allemagne d'aujourd'hui. "Après la construction du Mur, la RDA pourra se relever économiquement parce qu'elle aura mis un terme à la fuite de sa jeunesse et de ses capacités pour faire fonctionner le pays."

Au début, ce sont des barbelés, une séparation de 155 km de long sous haute protection qui encercle la moitié ouest de la ville.

Quelques semaines plus tard, elle est renforcée par un mur en béton de 3,5 mètres de haut, piégé par des mines et surplombé de miradors.

La RDA affirme qu'il s'agit d'un "mur antifasciste", érigé pour des raisons de sécurité.

Tous les passages entre les deux parties de la ville sont bloqués, l'armée soviétique est déployée aux frontières entre Allemagne de l'Est et Allemagne de l'Ouest.  Il est destiné à rester debout pendant "cinquante ou cent ans". Entre les deux Allemagne, la frontière aussi est gardée par des agents qui tirent sans sommation.

Jusqu'à ce soir de novembre 1989 quand des centaines de milliers de Berlinois de l'Est prennent d'assaut le mur et en viennent à bout en criant : "Nous sommes UN peuple, nous sommes le peuple".

La rédaction vous recommande

Liens

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !