Pourquoi le Mali maintient-il les législatives en dépit de la situation sécuritaire et du Covid-19 ? | Afrique | DW | 26.03.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Pourquoi le Mali maintient-il les législatives en dépit de la situation sécuritaire et du Covid-19 ?

En dépit de l'insécurité liée aux attaques djihadistes et du risque sanitaire autour de la pandémie du coronavirus, le président Ibrahim Boubacar Keita a confirmé les élections législatives du dimanche 29 mars.

Écouter l'audio 02:47

"L'Assemblée actuelle est légale mais illégitime pour les Maliens" ( Brema Ely Dicko, sociologue malien)

L'enlèvement le mercredi 25 mars du chef de file de l'opposition, Soumaïla Cissé, alors qu'il faisait campagne pour les législatives de dimanche, est venu rappeler la mauvaise situation sécuritaire qui prévaut dans le pays. Selon son parti, Soumaïla Cissé, 70 ans, se déplaçait avec une délégation d'une douzaine de personnes à bord de deux véhicules 4X4 dans son fief électoral de Niafounké, dans la région de Tombouctou, quand le convoi a été attaqué par des hommes armés et jusqu'à présent non identifiés. Son garde du corps a été tué, deux autres membres de son entourage ont été blessés, selon Demba Traoré, un responsable de l'Union pour la république et la démocratie (URD). 

Pourquoi, en dépit de l'insécurité liée aux attaques djihadistes et du risque sanitaire autour de la pandémie du coronavirus, le président Ibrahim Boubacar Keita  a-t-il maintenu les élections législatives du dimanche 29 mars ? 

Pour Brema Ely Diko, chef du département sociologie et anthropologie à l’université des lettres et des sciences et humaines de l'Université de Bamako, le président malien veut donner une légitimité à un parlement dont le mandat a pris fin depuis plus d'un an.

Pour écouter Brema Ely Diko, cliquez sur l'image ci-dessus.

Audios et vidéos sur le sujet