Au Niger, 77% des filles sont mariées avant 18 ans | NRS-Import | DW | 23.11.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

NRS-Import

Au Niger, 77% des filles sont mariées avant 18 ans

Le président nigérien Mohamed Bazoum lance un défi aux chefs traditionnels. Il leur demande de ne plus prendre en mariage des filles de moins de 10 ans.

Une fille-mère de 14 ans au Niger

De nombreuses jeunes filles abandonnent l'école suite au mariage précoce

C'est lors d'un symposium à Niamey qu'il a lancé le pavé dans la mare des chefs traditionnels. Le président nigérien Mohamed Bazoum, visiblement déterminé à combattre le mariage précoce des enfants et lutter pour le maintien des jeunes filles à l'école, demande à ces acteurs de changer d'attitude.

Mi-novembre, un sommet des chefs d’Etat était déjà consacré à ce thème au Niger.

Appel à l'engagement 

Deux jeunes filles dans un camp de réfugiés du HCR à Baga Sola dans la région du Lac Tchad (Archives - Baga Sola, 26.01.2015)

Plus de 14.000 personnes ont fui le Nigeria pour se réfugier au Tchad voisin

Le symposium de deux jours se tenait à Niamey, sur la transition démographique. Mohamed Bazoum en a profité pour mettre les chefs traditionnels devant leur responsabilité. Au Niger, 77% des filles sont mariées avant l'âge de 18 ans.

Cette réalité est à l'origine de nombreux cas d'abandon scolaire des jeunes filles, de naissances rapprochées et de nombreux impacts sanitaires comme les fistules obstétricales.

"Pour que vous prêchiez par l'exemple et non pas seulement par la parole, ne serait-ce pas possible qu'au terme de ce symposium vous preniez une résolution dans laquelle vous vous engagez à ce que ni sultans, ni chefs de canton, ni chefs de groupement ne prennent plus en mariage des filles âgées de moins de 18 ans ? Ça serait un exemple", a lancé Mohamed Bazoum aux chefs traditionnels réunis à Niamey.

>>> Lire aussi : L'éducation, une arme contre l'excision

Les regards sont désormais tournés vers les chefs traditionnels qui sont incontournables dans les prises de décisions et sont très influents au sein de la population.

Question sensible

Preuve qu'il s'agit d'une question sensible, Maman Mansour, un des chefs traditionnels présents, n'a pas voulu se prononcer, préférant renvoyer la responsabilité sur l'Etat nigérien.

Écouter l'audio 02:07

Maman Mansour : "L’âge du mariage est une question très sensible"

 "Cette demande du chef de l'Etat va faire l'objet d'une concertation et d'un débat uniquement entre nous. La question du mariage et surtout l'âge du mariage est une question très sensible. Dans les livres sacrés, il n'est pas dit qu'il y a un âge pour le mariage. Nous ne sommes que 247 chefs. Si nous nous engageons à prendre en mariage une fille de moins de 18 ans, ça ne va pas changer grand-chose. C'est au gouvernement de prendre les lois et les dispositions qu'il faut pour donner à la fille le maximum de chance pour qu'elle puisse grandir. Et la solution que moi j'approuve, c'est toutes les filles à l'école. Et prendre des mesures pour que la fille se sente le devoir de réussir à l'école", explique-t-il au micro de la DW.

>>> Sur le même thème : #PasSansElles : "Mon sexe ne doit pas être une faiblesse, mais une force"

Il n'est donc pas encore assuré que la demande du chef de l'Etat nigérien soit suivie. Toutefois, les groupements de jeunes adolescents se réjouissent de l'initiative du président Mohamed Bazoum.

"Une action vaut mieux que mille mots. En faisant en sorte que chaque chef traditionnel prenne l'engagement de ne pas se marier avec une fille avant ses 18 ans, je pense qu'il vient de marquer un point et c'est un pas de plus vers la fin du mariage des enfants", a laissé entendre un participant.