Moussa Mara contre un report des législatives | Afrique | DW | 12.10.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Moussa Mara contre un report des législatives

L'ancien premier ministre, candidat à Bamako, s'exprime sur ces élections, ses ambitions, celles de son parti. Il revient aussi sur la réélection d'Ibrahim Boubacar Keïta ou le fichier électoral.

Écouter l'audio 06:34
Now live
06:34 min

"Un report de l'élection n'arrangerait ni le pays, ni notre parti" - Moussa Mara

Au Mali, les élections législatives auront lieu, sauf report, le 25 novembre prochain. Les candidats avaient jusqu'à jeudi 11 octobre minuit pour déposer leur dossier. Parmi eux, l'ancien Premier ministre, Moussa Mara, candidat pour son parti Yèlèma, dans la 4eme circonscription électorale de Bamako. Il a décidé de se lancer dans la course, en dépit des manquements dans le fichier électoral.

La question de la prolongation du mandat des députés

"Nous sommes prêts", assure-t-il à la DW. "Nous attendons maintenant que les incertitudes sur la tenue de l'élection soient levées". Le report n'arrangerait en rien "ni le parti, ni son pays", selon lui. "Si les élections sont reportées, l'Assemblée nationale risque d'être hors-mandat", explique Moussa Mara. Il ne ferme cependant pas la porte à une prolongation du mandat des députés. "S'il y a consensus politique, oui, mais si c'est un consensus suite à une décision de justice, il ne faut surtout pas". 

"Nous validons le fichier électoral"

Moussa Mara avait par le passé contesté la réélection du président Ibrahim Boubacar Keïta à la tête du Mali, en parlant d'anomalies dans le fichier électoral. "Ce n'est pas IBK, c'était bien le fichier électoral dont nous parlions", insiste-t-il. "Nous avons eu depuis des explications sur le fichier électoral que nous validons désormais, nous avons confiance". 

Sur la question d'une éventuelle alliance du parti Yèlèma avec la majorité au pouvoir, Moussa Mara n'y pense pas pour les législatives mais ne ferme pas la porte pour le futur. "Nous allons attendre les législatives et quand elles auront eu lieu, on verra, on avisera. Pour l'heure nous sommes totalement mobilisés pour les élections".

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !