Migrants : la Turquie fait pression sur l′Union européenne | Allemagne | DW | 03.03.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Allemagne

Migrants : la Turquie fait pression sur l'Union européenne

La décision des autorités turques d’ouvrir les frontières pour laisser passer les migrants vers l’Union européenne a suscité beaucoup de commentaires chez les éditorialistes allemands.

Très remonté contre le président turc, die Zeit accuse Recep Tayyip Erdogan d’exploiter "sans vergogne la souffrance" des Syriens réfugiés dans son pays. Selon le journal,  il utiliserait leur désespoir comme moyen de pression dans les conflits entre la Turquie et la Grèce aussi bien qu'entre la Turquie et l'Europe.
 

Die Zeit décrit également les "attaques racistes" dont sont victimes les Syriens en Turquie. "Toutefois, écrit le journal, l’objectif d’Erdogan n’est pas d’obtenir une aide humanitaire pour les nombreuses personnes déplacées, mais plutôt de forcer les Européens à le soutenir militairement à Idleb", où plus de 30 militaires turcs ont été tués la semaine dernière dans des frappes aériennes attribuées par Ankara au régime syrien.

 

L'apport de l'UE dans la crise migratoire

Alors que peut faire l’Union européenne dans une situation pareille ? Utiliser la vulnérabilité économique et la dépendance de la Russie et de la Turquie, répond la Süddeutsche Zeitung.
"Ce levier doit maintenant être utilisé pour forcer Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan à entendre raison", écrit le quotidien de Munich.

Et d’ajouter : "Les crimes humanitaires en Syrie obligent l'Europe à étendre les sanctions économiques mais aussi judiciaires  aux complices. Les documents d'un tribunal pour crimes de guerre sont depuis longtemps rassemblés."

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, s'est dite mardi aux côtés de la Grèce et a promis à Athènes toute l'aide nécessaire.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, s'est dite mardi "aux côtés" de la Grèce et a promis à Athènes "toute l'aide nécessaire".

De son côté, la Frankfurter Allgemeine Zeitung, qui réfléchit à une solution, juge inconcevable une politique d’ouverture semblable à celle de 2015 quand l’Allemagne a reçu plus d’un million de migrants. Cela créerait des conflits en Allemagne et entre les Etats membres de l’Union européenne, estime le journal. 

"En tant que gardiennes de la frontière extérieure de l'UE, écrit le quotidien, la Grèce et la Bulgarie doivent bénéficier d'un soutien rapide et massif, tant sur le plan personnel que matériel."

 

Les talibans reprennent l'offensive contre le gouvernement de Kaboul 

 

Autre sujet qui a reçu des commentaires dans la presse : l’accord historique entre les talibans et les Etats-Unis compromis après la décision des premiers de mettre un terme à la trêve partielle, instaurée le 22 février, et de reprendre leur offensive contre le gouvernement de Kaboul.
Le Neues Deutschland rappelle qu’avant la signature de l’accord, les Etats-Unis avaient exigé  une semaine de réduction de violences. 

"C'est maintenant fini et les talibans savent qu'ils ont la main libre au moins depuis la signature du contrat samedi", poursuit le journal. 
Certes, l'accord entraînera le retrait de toutes les troupes américaines d'Afghanistan, "mais une chose ne marchera certainement pas : la paix", renchérit le Neues Deutschland.

De son côté, la Frankfurter Allgemeine Zeitung indique qu’il est tout à fait compréhensible que le gouvernement de Kaboul n’ait pas été emballé par les accords entre Talibans et Américains, censés ramener la paix. Mais « ce à quoi ils n'ont pas participé, ils doivent maintenant le réaliser », conclut le journal.
 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !