Manfred Weber, quand un Bavarois se rêve président de l′Europe | International | DW | 05.09.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Manfred Weber, quand un Bavarois se rêve président de l'Europe

L'eurodéputé allemand Manfred Weber (CSU) est candidat à la présidence de la Commission européenne. Il préside le groupe parlementaire conservateur du Parlement européen.

Le prochain président de la Commission européenne en 2019 sera peut-être allemand. Le chef du groupe parlementaire du Parti populaire européen (PPE) au Parlement européen, Manfred Weber, a annoncé sa candidature sur Twitter pour prendre la suite de Jean-Claude Juncker.

Manfred Weber est jeune, 46 ans, et ambitieux. Il offre un visage plus policé de son parti conservateur bavarois que d'autres membres de la CSU, la droite conservatrice allié d’Angela Merkel. 

Peu connu du grand public en Allemagne, il dispose de bons réseaux au niveau européen. Depuis plus de quatre ans, il préside le groupe parlementaire le plus fort du Parlement européen, celui des conservateurs du PPE. S'il parvenait à être élu, il serait le premier Allemand à présider la Commission de l’UE depuis Walter Hallstein, en 1958.  

Europawahl 2019 - Orban will Migration zum Hauptthema machen (Getty Images/AFP/L. Marin)

Le dirigeant d'extrême droite hongrois Viktor Orban est un élément dérangeant du PPE

Un discours policé

Manfred Weber maîtrise son langage. Contrairement à d’autres figures de la CSU, il ne s’illustre pas par des dérapages verbaux sur la politique migratoire, ne dit pas de mal des institutions européennes, par exemple. Et quand il tient un discours droitier, c’est voulu. 

Manfred Weber est un communicant. Il passe pour être un "libéral", un modéré, en comparaison d’autres députés de son groupe auquel appartiennent des partis aussi divers que la CDU d’Angela Merkel, les Républicains en France ou le parti du Premier ministre hongrois Viktor Orban.

Il y a peu, Manfred Weber réaffirmait son attachement au libre-échange, ajoutant "si Donald Trump veut construire de nouveaux murs, c'est à nous, Européens, de bâtir de nouveaux ponts".

Manfred Weber prône une Europe campée sur des valeurs, qui protège ses citoyens… et entend rajeunir l’image de l’Union européenne. Pour preuve, cette vidéo dans laquelle il apparaît pour promouvoir un nouveau tarif de tickets de train pour les jeunes Européens :

Une élection loin d’être gagnée 

La législation européenne prévoit que les chefs d'État et de gouvernement proposent au Parlement européen un candidat à la présidence de la Commission européenne, "en tenant compte des élections au Parlement". Ces élections sont prévues en 2019. 

Mais c’est le 7 novembre que le groupe conservateur décidera si oui on non il choisit Manfred Weber comme candidat pour défendre ses couleurs. Son handicap : ne pas avoir assumé de hautes fonctions gouvernementales.

D'autres candidats sont sur ce point mieux placés, tels que le Français Michel Barnier, ancien ministre des Affaires étrangères, l'ex-Premier ministre finlandais Alexander Stubb ou encore le commissaire européen Valdis Dombrowskis, ancien Premier ministre letton.

Si l’on prête à Angela Merkel l’ambition de briguer la présidence de la Banque centrale européenne à l’issue de son mandat, la chancelière devra faire une croix dessus si son compatriote Weber occupe déjà un poste clef au sein des instances européennes. 

Liens

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !