Fousseynou Ouattara : ″Wagner n’est pas au Mali″ | Afrique | DW | 21.01.2022
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Fousseynou Ouattara : "Wagner n’est pas au Mali"

Le vice-président de la commission Défense et Sécurité du CNT dément la présence des mercenaires russes au Mali.

Les autorités maliennes de transition, réceptionnant, à l'aéroport de Bamako, des équipements militaires russes en septembre 2021

Les autorités maliennes de transition, réceptionnant, à l'aéroport de Bamako, des équipements militaires russes en septembre 2021

Selon plusieurs sources, les mercenaires russes du groupe Wagner sont arrivés au Mali depuis plusieurs semaines.

C’est le gouvernement français lui-même qui l’a annoncé, publiant en décembre dernier un communiqué signé par une quinzaine de pays européens partenaires de l’opération anti-djihadiste au Sahel (Italie, Estonie, République tchèque, Roumanie, Suède, Danemark, Belgique, Portugal...)

Le communiqué condamnait  le déploiement de ces mercenaires. Les autorités maliennes, elles, ont toujours nié la présence de Wagner dans leur pays. Cependant, en novembre dernier, le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, avait confirmé la présence d’instructeurs russes dans le cadre des accords de coopération militaires qui lient Bamako et Moscou.

Révision des accords de défense

Les autorités maliennes de transition veulent revoir les accords de défense conclus avec la France. Elles l’ont fait savoir à Paris, en décembre dernier.

Écouter l'audio 07:21

"Si Barkhane quitte le Mali, tout le monde va applaudir" (Kalilou Ouattara)

Il y a près de deux semaines, Bamako avait dénoncé la violation de son espace aérien par un avion militaire de transport français A400M "Atlas" qui assurait une liaison entre Abidjan (Côte d’Ivoire) et Gao (Mali). Alors que son espace aérien était fermé en raison des sanctions de la Cédéao.

Le vice-président de la commission Défense et Sécurité du Conseil national de transition, soutient cette demande de relecture de ces accords. Fousseynou Ouattara n’exclut cependant pas que le Mali demande le départ des militaires français de l'opération Barkhane, qui selon lui, n’ont pas été efficaces, dans la lutte contre le djihadisme dans son pays.

Cliquez sur la photo (au centre), pour écouter l’interview.