Mali : l′Allemagne prend le commandement de l′EUTM | Afrique | DW | 12.11.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Mali : l'Allemagne prend le commandement de l'EUTM

La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, boucle une visite de 48h à Bamako pour la prise de commandement par l'Allemagne de la Mission européenne de formation de l'armée malienne (EUTM).

L’Allemagne se distingue au Mali sur le plan sécuritaire à travers la présence de 1100 hommes déployés dans le cadre de la Minusma, la Mission de l’Onu au Mali et la formation des troupes maliennes au sein de l’EUTM, la Mission de formation de l’Union européenne au Mali, dont le commandement est assuré depuis le mois d’octobre dernier par un général de la Bundeswehr (l’armée allemande). ‘’Pour nous ce n’est pas seulement l’engagement en ce qui concerne le secteur de la sécurité. Dans la formation des troupes par exemple, nous avons formé maintenant 12.500 soldats maliens. Mais le développement économique est également très important pour ce pays parce qu’il faut la croissance, il faut du travail pour les gens, il faut la prospérité. Parce que ça c’est la précondition pour la sécurité et la stabilité de ce pays", a déclaré Ursula von der Leyen. La ministre allemande de la défense estime par ailleurs qu' il n’ya pas que le tout sécuritaire pour redresser la situation dans le pays. 
 

Verteidigungsministerin von der Leyen in Mali (picture-alliance/dpa/M.Kappeler)

Ursula von der Leyen avec le Premier ministre du Mali

La stabilisation du Mali

Pour appuyer le développement, la sécurité et la stabilité du Mali, le gouvernement allemand a déboursé depuis 2013 quelque 2,3 milliards d’euros, soit plus de 1500 milliards de FCFA. L’implication des parlementaires des pays du Sahel dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée dans la zone peut être un grand renfort pour soutenir les efforts de l’Allemagne et de la communauté internationale. ‘’La persistance de l’insécurité dans la bande sahélo sahélienne doit inciter les parlements africains en général, et ceux des pays du G5 Sahel en particulier à persévérer dans la voie d’une coopération interparlementaire plus dynamique. En tant qu’élu, il sera de notre devoir, de mener un plaidoyer efficace à tous les niveaux pour donner à la force conjointe du G5 les moyens nécessaires pour sa pleine opérationnalisation’’, pense Issiaka Sidibé, président de l’Assemblée nationale du Mali.