Mödlareuth, ce village allemand coupé en deux | Vu d′Allemagne | DW | 05.11.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Les 30 ans de la chute du mur de Berlin

Mödlareuth, ce village allemand coupé en deux

Les trente ans de la chute du Mur de Berlin sont l'occasion de revenir sur la séparation de l'Allemagne en deux Etats, de 1949 à 1990. Le village de Mödlareuth, à cheval sur la RFA et la RDA, est un symbole.

Mödlareuth est ainsi un petit village qui avait lui aussi son mur. En effet, une partie se trouve en Bavière, donc en ex-Allemagne de l'Ouest (RFA), et une autre en Thuringe, qui est en ex-Allemagne de l'Est (RDA).

Ce village était de ce fait  lui aussi traversé par la frontière interallemande. C'est pourquoi il est considéré comme l'un des symboles de la division de l'Allemagne. 

Trente ans après la chute du Mur, des différences sociales et politiques sont encore visibles dans ce petit village.

Une cinquantaine d'habitants

Avec une population de 50 habitants, Mödlareuth, appellé aussi "Petit Berlin" est situé à mi-chemin entre Berlin et Munich. Ce village a été coupé en deux par un mur tout comme Berlin. Une partie appartenait alors à la commune de Töpen en Bavière et l’autre à la ville de Gefell en Thuringe. Le mur a séparé pendant des années de nombreuses familles. Sa démolition partielle en 1990 a permis la naissance du musée de Mödlareuth qui rappelle son histoire divisée.

Un millier de touristes visitent chaque année ce musée en plein air comme Astrid Eicheler, elle se souvient encore de cette époque:

"Bien sûr, pour moi, qui suis née en RDA, à l'Est, la vie était tout à fait normale. Je ne connaissais pas d'autres lieux. L'Allemagne était divisée. Nous avions tous des parents en Allemagne de l’Ouest. Il était clair que nous n'irions jamais là-bas. Quand on m'a autorisée à aller à l'Ouest, au début de ma retraite, tout était politique pour moi. Nous vivions dans un système hautement idéologique à cette époque. Et puis, surprise: grâce à une révolution pacifique, le mur est tombé et l'Allemagne a été réunie et tout est devenu différent."

Deutsch-Deutsches Museum im Mödlareuth (DW/N. Amadou )

Au musée de Mödlareuth

Une barrière de béton et des miradors

Ici à Mödlareuth on peut encore voir une partie de la barrière de béton longue de 700 m, la clôture de la grille métallique et deux miradors qui servaient à la surveillance du mur. Au milieu du village sont stationnés un char blindé, un hélicoptère et des véhicules de l’armée populaire nationale est-allemande.

Les avantages ou non de la chute du mur qui a conduit à l'unification du pays un an plus tard est une question qui fait l'objet de vifs débats. Certains ressortissants de l'Est se disent négligés par rapport aux Allemands de l’Ouest

"Il y a eu des cas où le niveau de vie des personnes en RDA après la chute du mur s'est détérioré, des personnes ont perdu leur emploi et de nombreuses entreprises ont été fermées. D'autre part, il s'agissait d'une nouvelle zone économique pour l'Allemagne de l'Ouest, où de nombreuses nouvelles entreprises ont été créées. C'est un point de vue différent", explique Gerhard Fiedler, guide touristique au Musée de Mödlareuth.

Et aujourd'hui?

Trois décennies après la chute du Mur de Berlin, le village de Mödlareuth reste un endroit spécial. On le voit encore à certains détails comme les codes postaux, les indicatifs téléphoniques, les plaques d’immatriculation différentes etc. 

Le petit village est toujours sous l'autorité de deux maires pour une cinquantaine d'habitants dont l’appartenance se fait sentir dès les salutations : les Thuringiens disent "Guten Tag", bonjour, et sur l’autre rive, les Bavarois prononcent leur célèbre "Grüss Gott", que Dieu vous salue.

La rédaction vous recommande

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !