L′OMS redoute jusqu′à 190.000 morts du Covid-19 en Afrique | Afrique | DW | 08.05.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

L'OMS redoute jusqu'à 190.000 morts du Covid-19 en Afrique

Les prévisions de l'OMS restent sombres. Si les mesures de confinement échouent, le nombre de décès liés au coronavirus pourrait être multiplié par 100 cette année.

Du personnel soignant à Juba, au Soudan du Sud

Du personnel soignant à Juba, au Soudan du Sud

A plusieurs reprises déjà, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait part de son inquiétude quant à la progression de la pandémie en Afrique, freinant l'optimisme au regard des chiffres recensés depuis le début de la crise.

Le continent reste en effet l'un des moins touchés par le coronavirus, avec officiellement près de 2.000 décès liés à la maladie, contre plus de 150.000 morts en Europe qui est le continent le plus sévèrement frappé par le Covid-19.

Pourtant, les prévisions de l'OMS continuent à prévoir un accroissement de la pandémie en Afrique. Mi-avril, l'OMS affirmait que certains pays allaient connaître un pic de contaminations très prochainement.

La cheffe de l'organisation pour l'Afrique, Dr. Matshidiso Moeti, parlait alors d'un "nouveau front" qui s'est ouvert avec un "virus qui se répand au-delà des grandes villes.

Désormais, l'OMS va encore plus loin. Elle estime que si les mesures de confinement venaient à échouer, "83.000 à 190.000 personnes en Afrique pourraient mourir du Covid-19 et 29 à 44 millions pourraient être infectées au cours de la première année".

Manque de tests de dépistage

Rapportés aux statistiques actuelles, le nombre de morts serait ainsi multiplié par 40 ou quasiment par 100 dans le scénario le plus dramatique avancé par l'OMS.
 
L'organisation précise que ses chiffres s'appuient sur une modélisation et porte sur 47 pays de la région. Le manque de tests de dépistage et la fragilité des systèmes de santé restent des facteurs défavorables à l'Afrique en cas de progression de la maladie.  

 

Le nombre de lits disponibles dans les unités de soins intensifs ne dépasse pas cinq pour un million d'habitants - contre par exemple 339 en Allemagne selon les chiffres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Déconfinement

Cette mise en garde de l'OMS intervient alors que comme ailleurs dans le monde, certains pays africains commencent à alléger progressivement leurs mesures de restrictions.

C'est le cas de l'Afrique du Sud, le pays le plus touché sur le continent, qui a prudemment rouvert certains secteurs de son économie et autorisé début mai un million et demi de personnes à reprendre le chemin du travail.

Le pays reste cependant à un niveau d'alerte sanitaire de quatre sur une échelle de cinq.

D'autres pays du continent comme le Nigeria ou le Rwanda s'apprêtent à leur tour à lever progressivement leurs mesures de confinement.

Il y une semaine, la directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, Dr. Matshidiso Moeti, a rappelé que "il est important de maintenir des mesures fortes de surveillance, de détection des cas et de tests." Elle estime que "si les gouvernements mettent brusquement fin à ces mesures, nous risquons de perdre les gains que les pays ont réalisé jusqu'à présent contre le Covid-19".